Jules Koundé et Didier DeschampsCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
BÉMOL

Equipe de France : un gros hic entache la qualification des Bleus en 8e de finale

Si l’équipe de France a exposé ses forces à la planète entière contre la Pologne, dimanche en 8es de finale de la Coupe du monde (3-1), un bémol pourrait gâcher la suite contre l’Angleterre (samedi, 20h).

Zapping But! Football Club Les 10 rencontres immanquables de Ligue 1 Uber Eats 2022/23

La France a envoyé un message clair hier devant la Pologne (3-1) : il faudra lui rouler dessus pour lui subtiliser son titre de champion du monde. Grâce à un Kylian Mbappé de gala (deux buts et une passe décisive), les Bleus ont eu accès aux quarts de finale contre l’Angleterre (samedi, 20h).

Si Daniel Riolo a livré son analyse sur la victoire des Bleus, il n’as pas manqué de distiller un petit tacle à Ousmane Dembélé qu’il n’a « pas trouvé fou sur ce match » et qu’il verrait bien être remplacé par Kingsley Coman pour contrer l’Angleterre dans le couloir droit.

Un bémol plus important a sauté aux yeux : Jules Koundé (24 ans). Bleu le moins bien noté dans L’Équipe (4), le défenseur du FC Barcelone a encore étalé ses limites au poste de latéral droit et s’est même fait rabrouer par Didier Deschamps pour son collier.

Podcast Men's Up Life
 

Koundé, talon d'Achille des Bleus ?

« Dans l’euphorie ambiante, entre un Koundé qui manque d’un match référence à ce poste en bleu, un Disasi trop neuf et un Pavard touché moralement, voilà un secteur, celui du latéral droit, où l’impression générale est brouillée », relève le quotidien sportif.

« Il ne faut pas oublier qu’il n’est pas un latéral droit, même s’il a fait deux-trois matches (5 en fait) à ce poste à Barcelone dans une équipe qui a beaucoup le ballon, analyse le coach du RC Lens Franck Haise. On ne défend pas de la même façon que dans l’axe, les repères sont différents. Ça peut expliquer certains problèmes individuels. Et puis, collectivement, il y a eu des situations, que ce soient les milieux, le milieu excentré, ou parfois la couverture axiale, où on était peut-être un peu loin. Ce qui fait qu’il a pu être isolé sur quelques situations. »

Pour résumer

Si l’équipe de France a exposé ses forces à la planète entière contre la Pologne, dimanche en 8es de finale de la Coupe du monde (3-1), un bémol pourrait gâcher la suite contre l’Angleterre (samedi, 20h). Il s'appelle Jules Koundé.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.