RC Strasbourg – Stade Rennais (1-1) : les 4 explications aux galères bretonnes
Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
CRISE

RC Strasbourg – Stade Rennais (1-1) : les 4 explications aux galères bretonnes

Ce vendredi soir, le RC Strasbourg et le Stade Rennais se sont quittés dos à dos (1-1, buts d'Adrien Thomasson et Adrien Hunou). Décryptage.

Les Rennais manquent cruellement de réalisme

Inexistants en première période, les Rennais ont bien réagi lors du second acte. Malheureusement, à l'exception du « Pippo Inzaghi » breton Adrien Hunou, bien placé pour arracher l'égalisation à l'heure de jeu, les attaquants rennais ont manqué de justesse dans le dernier geste, butant également sur le troisième gardien du RCSA Eiji Kawashima, titulaire ce soir ainsi que sur le poteau (pour la 12e fois en 12 journées). Rentré en jeu, Mbaye Niang a manqué l'occasion de se relancer pleinement...

Eduardo Camavinga est dans le dur

Remplacé à la pause par Julien Stéphan, la pépite Eduardo Camavinga traverse une grosse période de doutes actuellement. Depuis son retour de blessure, l'international tricolore peine à rayonner comme par le passé. Sa baisse de régime coincide d'ailleurs avec la très mauvaise période des Rouge et Noir (une seule victoire lors des dix derniers matches TTC).

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

Serhou Guirassy flingué salement... et blessé

C'est la mauvaise nouvelle du soir pour les Rennais : la sortie de Serhou Guirassy sur blessure. Le pépin est d'autant plus agaçant pour Julien Stéphan que la sortie de l'ancien Amiénois se fait sur un très vilain tacle par derrière de Stefan Mitrovic, exclu sur le coup. Le geste était sale et pourrait priver Rennes de son unique buteur européen au moment de jouer sa finale pour la Ligue Europa sur la pelouse de Krasnodar. Terrible.

Julien Stéphan cherche en vain des solutions

On ne peut pas reprocher à Julien Stéphan de ne rien faire pour enrayer la spirale négative de son équipe. A 11 contre 10 pour une mi-temps, le coach rennais n'a pas eu peur d'user de quatre de ses cinq changements avant le début de la deuxième période. Si Faitout Maouassa et Serhou Guirassy sont des choix dictés par l'aspect physique, les sorties de Flavien Tait et Eduardo Camavinga (pour Gboho et Léa Siliki) semblaient plutôt impulsé par une volonté de réveiller les joueurs sur la pelouse. Quant à l'entrée de Mbaye Niang pour le défenseur Gerzino Nyamsi, elle était clairement dans l'intention de gagner la partie.