Stade Rennais – AS Monaco (2-1) : les 4 preuves de l'incroyable mental breton
Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
ANALYSE

Stade Rennais – AS Monaco (2-1) : les 4 preuves de l'incroyable mental breton

Malmené par l'AS Monaco, le Stade Rennais est parvenu à se reprendre dans les dix dernières minutes pour arracher un succès précieux et la première place de Ligue 1 (2-1).

Auteur d'une prestation très décevante pendant une heure et incapable de cadrer pendant 60 minutes, le Stade Rennais n'a sans doute pas réalisé sa prestation la plus aboutie de la saison mais les Rouge et Noir sont sur un nuage et cette victoire inespérée face à l'AS Monaco met en avant un état d'esprit. Analyse en quatre points.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

Adrien Truffert est sorti du bois

Pour sa première apparition en Ligue 1, la doublure de Faitout Maouassa se souviendra longtemps de son match. Solide défensivement, le jeune Rennais a été l'homme de la fin de match. D'abord en délivrant un centre au cordeau sublime pour l'égalisation puis en marquant son premier but professionnel grâce à la complicité (malheureuse pour lui) de Benjamin Lecomte. Des débuts immenses.

Steven Nzonzi, une réaction de Champion du Monde

Sur l'ouverture du score de Wissam Ben Yedder, le joueur prêté par l'AS Rome est directement fautif. En effet, c'est lui qui va au contact de Damien Da Silva, provoquant une erreur de relance et le but monégasque. Mais là où d'autres auraient gambergé, Nzonzi a de la bouteille... Et il n'a pas tardé à se racheter d'une tête piquée en toute fin de partie pour égaliser.

Même dans le dur, l'attaque rennaise ne renonce pas

L'attaque bretonne a accusé un gros retard à l'allumage. Inoffensive lors du premier acte, la ligne offensive rennaise n'a cadré sa première tentative qu'à l'heure de jeu par Benjamin Bourigeaud. Le milieu offensif, qui était le Rouge et Noir le plus actif ce soir, a également eu la malchance de trouver le poteau par la suite (65e). Le trio Guirassy – Raphinha – Terrier n'a pas fait son meilleur match. Loin de là. Le Brésilien a été fantômatique jusqu'à sa sortie à la 58e minute. L'ex-Amiénois et l'ancien Lyonnais n'ont pas cadré une seule tentative. Malgré tout, Rennes a marqué deux fois, faisant preuve d'une abnégation incroyable jusqu'au dernier instant. Dans l'esprit même dans un jour sans.

Même quand Camavinga est moins bon, son remplaçant assure

Si le Stade Rennais a souvent mangé ses adversaires dans l'entrejeu sur les premiers matches de la saison, c'est aussi et surtout parce que sa pépite Eduardo Camavinga (17 ans) rayonnait et portait tout le monde autour de lui. Face à Monaco, le néo-international tricolore a tourné à l'ordinaire durant ses 80 minutes sur le pré et c'est tout Rennes qui est retombé de son nuage. Mais quand Rennes ne peut pas compter sur son prodige, d'autres prennent le relai. Sur le but du jeune Truffert, c'est son remplaçant Jonas Martin qui est allé au charbon pour offrir l'ultime occasion rennaise. Décisif.

Grosse inquiétude pour Faitout Maouassa

Il y a quelques jours, en conférence de presse, Julien Stéphan fermait la porte au recrutement d'un latéral gauche, assurant vouloir compter sur le jeune Adrien Truffert. Si le jeune Rennais n'a pas déçu, délivrant une passe décisive et marquant le but de la victoire, la blessure de Faitout Maouassa inquiète. Victime d'un tacle dur de Ruben Aguilar, le latéral titulaire s'est effondré sur la pelouse après avoir tenté de reprendre. Vraiment inquiétant...