Stade Rennais : Bruno Genesio détaille son plan de bataille pour la fin de saisonLancer le diaporama
Stade Rennais : le calendrier de fin de saison des Rennais en Ligue 1
+10
Bruno GenesioCredit Photo - Icon Sport
LANCER LE DIAPORAMA
par Alexandre Corboz
VERITES

Stade Rennais : Bruno Genesio détaille son plan de bataille pour la fin de saison

Au Stade Rennais, Bruno Genesio veut chasser la tristesse et désinhiber ses joueurs pour qu'ils se lâchent en fin de saison. Le message est clair.

Zapping But! Football Club Stade Rennais : les 10 plus grosses ventes des Rouge et Noir

Dans les colonnes de Ouest-France, Bruno Genesio s'est longuement confié sur son arrivée au Stade Rennais. Comme il l'a reconnu, l'ancien coach de l'OL a récupéré un effectif breton traumatisé par les résultats.

« L’ambiance était triste. C’était global. Évidemment quand on a perdu huit matchs sur neuf, on ne peut pas être joyeux, mais j’ai trouvé que l’ambiance était lourde. On a la chance de faire un métier passion. On avait perdu cette notion de plaisir, les joueurs venaient faire leur travail. Or, je considère que jouer au foot, être entraîneur, ce n’est pas un travail. Il y a des sacrifices à faire, des choix, des contraintes mais c’est un plaisir avant tout. On a beaucoup travaillé sur la confiance et sur cette ambiance générale de plaisir », a-t-il glissé.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

Retrouver du plaisir... Et accepter les déséquilibres

Pour autant, hors de question de parler de déclic, de méthode Genesio ou d'incriminer son prédécesseur. Le technicien rennais ne connait que trop bien le poste pour rejeter la faute sur Julien Stéphan : « Je n’aime pas le terme de déclic parce que ça voudrait dire qu’avant, les choses n’ont pas été bien faites. Non, on fait les choses différemment, chacun avec sensibilité. Mais dire qu’il y a un déclic, ce serait faire ombrage à ce qui a été fait avant, alors qu’il y a une Coupe de France, une 3e place. Après, on sait qu’il y a des cycles. La durée de vie d’un entraîneur c’est 18-24 mois, 3 ans grand maximum. C’est trop tôt pour dire qu’on est guéri. Il y a du mieux dans le jeu, dans l’état d’esprit, dans l’ambition ».

Désireux d'insuffler la culture de la gagne qu'il a appris à l'OL, Bruno Genesio aspire à désinhiber ses ouailles d'ici à la fin de saison : « Je préfère avoir une équipe qui accepte certains déséquilibres et essaie de marquer des buts, quitte parfois à se faire contrer comme à Marseille plutôt que de se dire, « on rentre sur le terrain pour ne pas perdre, parce qu’on est à Monaco, à Lyon ou à Paris », et au final perdre en se disant qu’on n’a rien tenté. Tout cela avec un cadre, une organisation qui permettent d’empêcher l’adversaire de jouer, de poser des problèmes ».

Albums Photos