Stade Rennais - RC Lens (0-2) : Pierre Ménès accable Julien Stéphan
Julin StéphanCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
PREMIER RESPONSABLE

Stade Rennais - RC Lens (0-2) : Pierre Ménès accable Julien Stéphan

Après la défaite à domicile face au RC Lens (0-2) hier, Julien Stéphan a annoncé que le Stade Rennais allait jouer le maintien. Pour le journaliste de Canal+ Pierre Ménès, toute la responsabilité incombe à l'entraîneur des Rouge et Noir.

Si Julien Stéphan cherche du soutien actuellement alors que le Stade Rennais traverse une zone de turbulences, il n'en trouvera pas du côté de Pierre Ménès ! Le journaliste de Canal+ n'a jamais été tendre avec le jeune entraîneur et il a profité de la défaite d'hier à domicile contre le RC Lens (0-2) pour tirer à vue sur le Breton.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

"Le club navigue à vue"

"Samedi après-midi, Lens est allé plonger Rennes dans une crise peut-être plus profonde qu’elle en a l’air, avec une seule victoire glanée lors des 13 derniers matchs. Alors OK, dans le lot il y a des rencontres de Ligue des Champions, mais quand même. C’est évidemment très insuffisant par rapport aux nouveaux objectifs du club. Alors il y a des explications à cela. D’abord, l’équipe s’est appauvrie avec le départ de Mendy remplacé par Gomis et de Raphinha remplacé par un gamin de 18 ans qui a sans doute un gros potentiel mais qui ne lui arrive pas à la cheville et a coûté 26 M€. Et puis, il y a des choix incompréhensibles, comme laisser Niang sur le banc pour faire jouer Hunou…"

"Le club navigue à vue et comme je l’ai dit au CFC, on a un entraîneur qui a eu la peau de son président avec l’aval de l’actionnaire et qui a désormais les pleins pouvoirs. Ce qui fait qu’il se retrouve logiquement seul face à son bilan. Ce n’est certainement pas Holveck qui va l’aider, ni Maurice qui doit se dépêtrer avec son recrutement, qui avait l’air alléchant en début de saison mais qui s’avère globalement décevant. Et puis, on a vu une différence athlétique assez saisissante entre les deux équipes. Bien sûr, les Lensois qui ont eu un match remis à cause de la COVID étaient certainement plus frais, mais la différence d’impact était hallucinante."