Stade Rennais : un pilier des Rouge et Noir laisse un regret éternel aux Girondins
Damien Da Silva (2e en partant de la gauche)Credit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
REJETTE

Stade Rennais : un pilier des Rouge et Noir laisse un regret éternel aux Girondins

Le solide défenseur du Stade Rennais Damien Da Silva (32 ans) a grandi en banlieue de Bordeaux et a été formé aux Girondins. Mais ces derniers ont refusé de le faire passer professionnel…

Mercredi soir à Stamford Bridge, ce soir au Parc des Princes. Damien Da Silva et le Stade Rennais enchaînent les sommets avant la mini-trêve internationale. Si cela s'est mal passé en Angleterre (0-3), les Bretons espèrent frapper fort ce soir contre un PSG loin d'être souverain cette saison, surtout quand il est privé comme aujourd'hui de Neymar et Mbappé. Pour défier le champion de France, Rennes pourra compter sur son capitaine et défenseur central Damien Da Silva. Que les Girondins de Bordeaux regrettent chaque jour d'avoir laissé filer, comme on peut le lire dans L'Equipe.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

"A l'époque, on ne regardait que le physique"

« Au Haillan, l’ancien ramasseur de balles à Chaban-Delmas, couvé dans sa maison familiale de Pessac où sa famille portugaise parlait football et FC Porto du matin au soir, n’avait pas vu venir la fin de l’aventure avec les Girondins, à l’adolescence. « A l’époque, on ne regardait que le physique, les capacités physiques, pas sa qualité technique, ni son équilibre ou sa vision de jeu avec et sans ballon », regrette Pierrot Labat, un de ses formateurs. »

« Da Silva ne correspondait pas aux canons habituels du défenseur et, aujourd’hui encore, avec son actuel « petit » mètre quatre-vingt quatre, il ne paie pas de mine « alors qu’il est dur, rugueux, sourit son ancien partenaire Rémy Dugimont. Quand vous l’avez sur le dos, vous le sentez, il pousse sur les cannes. » Malgré sa qualité de pied, son élégance ne frappe pas non plus quand il s’élance pour casser les lignes, les bras qui s’actionnent mécaniquement, tout à l’énergie. Sa dégaine, un peu robotique, la mâchoire serrée, interpelle, autant que sa façon de récupérer ses propres erreurs, un peu à l’arrache. »