Stade Rennais : une légende rennaise s'est forgée grâce à l'ASSE
Romain DanzéCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
DECLARATIONS

Stade Rennais : une légende rennaise s'est forgée grâce à l'ASSE

Vu comme une légende du Stade Rennais, Romain Danzé s'est forgé une réputation suite à son faux départ à l'ASSE en 2012.

Zapping But! Football Club Stade Rennais : le bilan de Julien Stéphan en chiffres

Désormais dans l'organigramme du Stade Rennais, Romain Danzé (34 ans) est considéré comme une légende au sein du club breton. Comme Loïc Perrin à Saint-Etienne, le défenseur originaire de Douarnenez (Finistère) aura fait toute sa carrière en Rouge et Noir, de ses débuts au centre de formation en 2001 à sa retraite en 2019.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

Son faux-départ à l'ASSE, le début de la légende Danzé

Son faux-départ à l'ASSE, le début de la légende Danzé
Le spectaculaire tifo sur Romain Danzé en 2019 pour sa retraiteCredit Photo - Icon Sport

Dans les colonnes d'Ouest-France, Romain Danzé est revenu sur sa cote de popularité étonnante. Une cote née de son vrai-faux départ à l'AS Saint-Étienne en 2012. « Une fois que ce transfert a été avorté et que j’ai été prolongé au Stade Rennais, je me suis dit qu’il fallait que je reste ici. Que c’était mon club, qu’il fallait que je termine là (…) Cette rumeur avait pris de l’ampleur au fil du temps. Il y a tout ce qu’il s’est passé sur Twitter, avec ce hashtag #ResteAvecNousLaDanze qui a pris une ampleur dingue et qui m’a touché. Là, je me suis vraiment rendu compte que les gens étaient attachés à moi, que ma place était ici à Rennes, que c’était vraiment mon club et qu’il fallait que je dure là », a-t-il raconté.

Celui a qui les Ultras du Roazhon Celtic Kop ont réservé un tifo pour sa retraite a du mal à expliquer l'amour qu'il suscite : « En fait c’est assez dingue. Je l’ai souvent dit mais je n’étais pas le joueur qui marquait des buts ou qui faisait gagner des matches à mon équipe. Mais il y a eu ce feeling-là avec les supporters, qui a fait qu’il y avait quelque chose en plus ici avec le club, avec la ville même. Ce qui m’a fait prendre conscience qu’il fallait que je sois ici et pas ailleurs. Ma place était là ».