Girondins : timing, rumeur Costil… Gourvennec justifie la gestion du cas Carrasso

Face aux médias, Jocelyn Gourvennec s’est longuement expliqué sur la gestion par les Girondins de Bordeaux du départ de Cédric Carrasso.

Il y a quelques jours, les Girondins de Bordeaux  ont annoncé dans un bref communiqué le départ en fin de saison de Cédric Carrasso. Une annonce controversée puisqu’elle intervient juste après le dernier match à domicile du club.

« Sur le choix sportif, on a hésité longuement »

Forcément, en conférence de presse, Jocelyn Gourvennec a dû s’expliquer : « Il y a deux choses sur le cas de Cédric, le fait de choisir sportivement de ne pas le renouveler et le timing de l’annonce. Ce sont deux choses différentes. Sur le choix sportif, on a hésité longuement et on s’est décidé après le match de Saint-Etienne où les choses étaient à peu près figées sur le classement final. On a hésité compte-tenu de ses performances et du joueur qu’il représente mais on a fait ce choix… Sur le timing, on savait que si nous prenions cette décision et qu’on l’annonçait après le match de Marseille, ce serait mal vécu par Cédric et l’environnement. On a pris cette décision parce que c’était Marseille et qu’il y avait une 5e place à aller chercher. Parce qu’il y avait une invincibilité à conserver. C’était un match avec une charge émotionnelle et des enjeux. On a fait le choix de ne pas rajouter plus d’émotion sur ce match-là. Il n’y a pas d’autres explications. Il n’y a pas d’arrières pensés. Les conséquences, c’est que Cédric n’a pas pu apprécier ce match à sa juste valeur. C’est un inconvénient mais ça a été le choix le club », a fait savoir le technicien.

Costil ? « Ce n’est pas le moment d’en parler »

Forcément, la pilule fut dure à digérer pour Cédric Carrasso : « Cédric est un peu déçu et en colère. Je l’ai rencontré longuement ce matin. On a discuté de manière posée et sereine. Cela ne change pas le respect que je porte à Cédric. Ici, je suis celui qui le connait depuis le plus longtemps car je l’ai vu débarquer dans le groupe pro à 16 ans à l’OM quand j’étais joueur », explique Gourvennec, se réfugiant derrière une décision collégiale de la direction sportive du club : « On va partir sur un nouveau cycle dans le groupe des gardiens. »

Reconnaissant avoir eu des discussions avec d’autres gardiens et leurs entourages pendant la période d’indécision sur le cas Cédric Carrasso, l’entraîneur aquitain a refusé de réagir à la rumeur Benoît Costil (libre, Stade Rennais) : « Ce n’est pas le moment de parler de ça. Je ne vais pas discuter des uns et des autres. En interne, on a évoqué un certain nombre de noms au cas où… Pour l’après, on verra en fin de saison. »

Arnaud Carond