LOSC – ASSE (3-1) : les 4 explications à la grande première ratée de Sablé

Pour ses grands débuts sur le banc de l’ASSE, Julien Sablé s’est incliné face au LOSC (3-1). Quatre raisons expliquent cette première ratée dans le Nord.

Florentin Pogba pas au niveau

Il y a quinze jours, des caméras de Canal+ avaient surpris Florentin Pogba dire des amabilités sur Oscar Garcia en coulisses avant même la fin du derby contre l’OL (0-5). Aligné en défense centrale ce soir à Lille, le grand frère du Mancunien Paul est passé complètement au travers des 45 premières minutes, avec notamment une faute qui aurait dû entraîner penalty d’emblée, et une passivité totale sur l’ouverture du score de Pépé. Si sa seconde période a été de meilleure facture, on notera quelques ratés de Loïc Perrin. Fait exceptionnel.

Marquer des buts à dix derrière, compliqué…

On ne peut pas sur ce match-là reprocher sa composition de départ à Julien Sablé, à la tête du groupe depuis deux jours et qui a logiquement dû bétonner pour ses grands débuts dans le Nord. Reste qu’avec 3 milieux récupérateurs, et le seul Jonathan Bamba en pointe, il était impossible de se créer des occasions sérieuses. Résultat, pas une opportunité franche en première période, seuls quelques corners mal exploités et un penalty généreusement accordé sur Bryan Dabo avant l’égalisation stéphanoise (1-1, 44e). En seconde période, les Verts ont remonté le ballon avec autorité mais ont affiché des carences techniques impardonnables aux abords de la surface.

L’incroyable raté de Vincent Pajot

L’incongruité pouvait être notée dès la fin de la première période mais s’est poursuivie après le repos : le positionnement de Vincent Pajot à droite n’a pas été un franc succès pour Julien Sablé. Totalement perdu lors du premier acte, l’ancien milieu de terrain du Stade Rennais n’a pas été assez utile à la récupération et n’a pas été très complice avec ses coéquipiers de couloir (Dabo et Janko). Peu précis dans ses transmissions (67%), Pajot a terminé le match avec un incroyable raté alors que le score était encore de 2-1. A oublier, et vite.

Devant, c’est toujours le désert

Que ce soit avec Julien Sablé ou Oscar Garcia, les Verts souffrent d’un déficit flagrant en attaque. Avec Kévin Monnet-Paquet à gauche et donc Pajot à droite, l’ASSE n’a jamais vraiment débordé. Bamba n’a jamais été servi en position dangereuse et a multiplié les kilomètres dans le vide. Ce ne sont pas les entrées conjuguées de Loïs Diony et d’Alexander Söderlund qui ont pu changer quoi que soit à cette préoccupante donne.

Tercier (avec JP)