RC Lens : Abdelrafik Gérard connaît sa principale faiblesse

Bien que doué techniquement, Abdelrafik Gérard ne réussit pas tout ce qu’il entreprend sur un terrain. Le milieu offensif du RC Lens est conscient de ses limites.

Cette saison, avec Abdelrafik Gérard, c’est un peu tout ou rien. Très bon à Bourg-en-Bresse (victoire 6-0) mi-octobre, le milieu offensif du RC Lens n’est quasiment plus réapparu depuis dans le groupe d’Éric Sikora, par choix de l’entraîneur ou pour cause de blessure. Pourtant, on le sait capable d’étincelles en attaque.

« On ne réussit pas tout »

Mais c’est tout le problème de ces éléments dont le jeu à risque comporte une part élevée de déchet. Gérard, interrogé par La Voix du Nord, est d’ailleurs conscient que ce taux d’échec le sépare des très grands joueurs.

« Ce n’est pas parce que j’ai joué dans un quartier que j’aime le dribble. J’ai toujours aimé créer quelque chose. Dans nos zones de terrain, avec Abdellah (Zoubir) par exemple, on doit tenter des trucs qui sortent de l’ordinaire. On ne réussit pas tout. C’est ce qui fait la différence entre des joueurs comme nous et des mecs du très haut niveau. Eux, ils voient plus vite et ne se trompent jamais. C’est pour ça qu’ils jouent au-dessus, qu’ils sont au Barça et qu’on est en L2. On doit s’en inspirer. »

Zoubir a lui aussi passé les dernières rencontres du RC Lens sur le banc.

Sylvain Opair