Real Madrid – Mercato : la concurrence arrive pour le plan B de Camavinga

true

Priorité du Real Madrid, Camavinga sera difficile à déloger du Stade Rennais. Pour se consoler les Madrilènes pensent à Marc Roca… comme Arsenal !

Au Real Madrid, Zinédine Zidane rêve d’incorporer Paul Pogba (27 ans, Manchester United) et Eduardo Camavinga (17 ans, Stade Rennais) dans son entrejeu. Le tacticien français veut donner un coup de jeune à son milieu de terrain qui s’essouffle avec Kroos (30 ans), Casemiro (28 ans) et Modric (34 ans).

A lire aussi : Tous les articles sur le Real Madrid

Mais, ces deux cibles seront compliquées à conclure. Pogba semble favorable à prolonger son aventure du côté d’Old Trafford, convaincu par le nouveau projet insufflé par Ole Gunnar Solskjaer. Quant à Camavinga, le Stade Rennais a mis les barbelés pour conserver son joyau. Qualifiés pour les barrages de la Ligue des Champions, les Bretons ont des arguments pour convaincre le franco-angolais de continuer sa progression au Rhoazon Park. Face à ces péripéties, le Real Madrid s’est tourné vers le profil de Marc Roca.

Avec le Real Madrid, Arsenal lorgne sur l’affaire Roca

À 23 ans, Roca est une bonne opportunité de marché. Le milieu de terrain a été la seule éclaircie de l’Espanyol Barcelone, déjà relégué en deuxième division la saison prochaine. Engagé jusqu’en 2022 avec son club formateur, le natif de Vilafranca del Penedès (Espagne) va quitter les pensionnaires de Cornellà-El Prat.

Mais, la concurrence s’intensifie auprès du Real Madrid. Selon The Mirror, Arsenal reste à l’affût sur le profil de Roca. Les Gunners veulent renforcer leur entrejeu. Arteta a porté son dévolu sur des pistes menant vers la Liga. Dani Ceballos (prêté cette saison par le Real Madrid à Arsenal) et Thomas Partey (Atlético de Madrid) figurent en bonne position de la short list.

Les malheurs de l’Espanyol Barcelone pourraient faire des heureux. Contraints d’évoluer dans l’antichambre de la Liga, les Catalans seront obligés de vendre Roca à un prix inférieur à sa clause libératoire, fixée à 40 millions d’euros.