ASSE – Girondins (3-0) : Benoît Costil revient sur la prestation de Lauray et Cissokho

ASSE – Girondins (3-0) : Benoît Costil revient sur la prestation de Lauray et Cissokho

Le gardien bordelais Benoît Costil regrette que Stéphane Ruffier ait été aussi peu inquiété par ses coéquipiers, battus dimanche à Saint-Etienne. Mais il félicite les jeunes qui ont débuté.

Les Girondins étaient diminués dimanche à Saint-Etienne où l’ASSE leur a infligés leur première défaite depuis l’arrivée de Paulo Sousa. « On a joué avec une équipe très remaniée et malgré tout, on a vu des choses très cohérentes, notamment en première période, a commenté Benoît Costil dans Sud-Ouest. Malheureusement, dans la deuxième, on a un peu subi la pression de Saint-Etienne, on a eu du mal à bien ressortir le ballon, à se projeter vers l’avant. Et puis on a pris des buts… On savait que l’on accusait un déficit en termes de taille. C’est comme ça mais on va repartir de l’avant ».

Pour cela, il faudra que son équipe se montre plus dangereuse offensivement…. « Je n’ai pas vu Ruffier beaucoup en danger. Malgré tout, la première période est intéressante. La deuxième était plus problématique. On s’est mis en danger sur nos sorties de balle, dans la conservation du ballon. Et l’on n’a pas réussi à se projeter pour aller mettre en danger nos adversaires. Mais c’est comme ça. On va travailler jusque la fin de saison en espérant obtenir le meilleur résultat possible ».

Le positif, selon lui, c’est avant tout le baptème du feu encourageant des jeunes Alexandre Lauray et Till Cissokho, en défense. « Quand vous pensez que certains comme Alex Lauray et Till Cissokho effectuaient leur premier match en pro, ils ont réussi de bonnes choses ! Il y a eu des faits de jeu sur les buts encaissés. Mais sinon, on n’a pas vraiment été mis en danger. Nos jeunes ont fait du bon boulot et je suis persuadé qu’aujourd’hui, ils sont meilleurs qu’hier. C’est intéressant, c’est une bonne expérience pour eux. C’est dommage de prendre trois buts mais cela fait partie de l’apprentissage. »

Laurent HESS