OL : Sylvinho, Aulas, Garcia… Les vérités de Juninho sur ses débuts

false

Juninho, le directeur sportif de l’OL, s’est longuement confié dans les colonnes de l’Equipe sur ces premiers mois dans sa nouvelle fonction.

L’une des têtes pensantes de l’OL depuis l’été dernier ne cache pas d’ailleurs son erreur sur le cas Juninho, et revient notamment sur son importance dans le choix Rudi Garcia. Morceaux choisis.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OL

Une erreur assumée pour Sylvinho

« Je me suis planté, oui. Si tu regardes les résultats, il n’était pas prêt pour prendre l’OL. On voulait faire une chose différente à l’intersaison. J’avais suivi de loin tous les problèmes avec Bruno (Genesio) et on a cassé ce qui se faisait. Il y avait un staff présent depuis des années et arrive un nouvel entraîneur. »

Un vrai poids pour le choix Garcia

« Ce n’est pas moi tout seul mais mon avis a été écouté. Sinon, ça ne sert à rien d’être là. Attention, je suis un fan de Laurent Blanc comme joueur et entraîneur, j’ai joué contre lui dans les deux cas. On a aussi discuté avec Jocelyn Gourvennec et c’est un très bon jeune entraîneur, mais vu notre situation à cet instant, Rudi avait des grosses capacités tactiques et semblait le plus capable de recevoir des coups. »

Les supporters n’ont pas pesé dans la décision

« On respecte les supporters mais on est des professionnels. On est obligés de prendre des décisions. Je sais qu’en tant que directeur sportif, elles ne vont pas plaire à tout le monde. Les supporters doivent juste avoir un peu d’empathie. Qu’ils regardent le groupe. »

Son rapport avec Aulas

« Il me donne toute liberté sur le côté sportif. C’est lui qui a construit l’OL. Quand j’y étais, il y avait 40 employés, il y en a 450 aujourd’hui. Comment pourrais-je être le boss ? J’ai besoin de sa présence. »

Son positionnement face à Rudi Garcia

« On discute et je dis ce que je pense. Mais si vous n’êtes pas du même avis, quelqu’un doit faire un pas en arrière. Et c’est le directeur sportif. L’entraîneur choisit. C’est l’idéal. Au-dessus, il y a le président. S’il n’est pas content, il peut changer tout le staff. C’est lui le décisionnaire. Et mon histoire (à l’OL) ne peut me protéger. »

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014