Stade de Reims - Mercato : Caillot se frotte les mains d'avoir attiré un international
par Mathias Merlo

Stade de Reims - Mercato : Caillot se frotte les mains d'avoir attiré un international

Dans l'Union, Jean-Pierre Caillot, président du Stade de Reims, a exprimé ses attentes autour de l'arrivée de Valon Berisha, recruté 5 millions d'euros.

Le Stade de Reims a travaillé en silence sur la venue de Valon Berisha. À 27 ans, le Kosovar est le milieu d'expérience qui était attendu par David Guion. Il boucle le recrutement de Reims qui s'est voulu rapide et efficace (De Smet, Hornby). Prêté la saison à Dusseldorf, le natif de Malmo (Suède) aura beaucoup de pression sur ses épaules au stade Auguste-Delaune.

Il faut que dire que les Rémois ont beaucoup misé sur Berisha. Ils ont investi prêt de 5 millions d'euros auprès de la Lazio Rome. Ce prix fait du milieu la deuxième recrue la plus onéreuse de l'histoire des Champenois derrière Engels (arrivé pour 5,5M€).

Le Stade de Reims est certain d'avoir effectué une bonne affaire avec Berisha

Dans un entretien accordé à l'Union, Jean-Pierre Caillot, président du SDR, est revenu sur ce gros coup. "Je pense que c'est une belle prise. C'est un joueur que l'on suit depuis plus de deux ans, dans son club la Lazio Rome en en sélection du Kosovo. On a beaucoup travaillé sur son dossier, conservant des liens étroits avec lui. Et, quand l'occasion s'est présentée, on était là. Quand on voit son cursus, ses stats, son expérience, il doit pouvoir aider à élever notre niveau." 

Surprenant 6e de la dernière Ligue 1, Reims pourrait être qualifié pour la Ligue Europa en cas de succès du PSG dans les finales de coupes nationales. Une compétition européenne où le vécu de Berisha pourrait s'avérer utile. Mais, des doutes subsistent la capacité du joueur à enchaîner les matches. Ces dernières saisons, Berisha a composé avec des effectifs très denses. "Il a surtout souffert d'une forte concurrence à la Lazio, tempère Caillot. Il a été prêté 6 mois à Dusseldorf, où, lorsqu'il a été sur le terrain son équipe ne perdait pas. Rappelez-vous de sa période au Red Bull Salzbourg..." 

Officialisée la semaine dernière, la venue de Valon Berisha a surpris tout le monde. Un coup organisé en catimini. "Ce genre d'opération ne se règle pas en une semaine, avoue Caillot. Il faut beaucoup de travail, de la patience, et un peu de chance. S'il est chez nous aujourd'hui, c'est qu'avec lui, on cochait toutes les cases."