ASSE (Débat) : Claude Puel a-t-il raison d’insister avec Ryad Boudebouz ?

false

Notre débat de la semaine concerne le temps de jeu de Ryad Boudebouz à l’ASSE depuis l’arrivée de Claude Puel. Laurent Hess et Alexandre Corboz donnent leur point de vue.

Les résultats sont là

« On voit bien que Puel a envie de relancer Ryad Boudebouz, qu’il croit beaucoup en lui. Contre Monaco, l’Algérien était encore titulaire et il a fait tout le match. Alors qu’il n’a pourtant pas brillé, Puel l’a laissé sur le terrain jusqu’au bout. Comme à son remplacement contre Amiens, le n°7 a eu droit à quelques sifflets. Personnellement, je les ai trouvé assez injustes. C’est vrai que Boudebouz manque d’explosivité, qu’il n’a pas de coup de reins, qu’il se fait un peu trop bouger dans les duels et qu’il peut aussi rater des passes faciles, mais en termes de combativité, d’investissement, il répond présent.

Il manque encore de confiance

Au niveau de l’état d’esprit, l’ancien montpelliérain est exemplaire. Il travaille bien et est très apprécié dans le groupe. Ses qualités, on les connait. On les a vues lors du derby avec ce ballon déposé sur la tête de Robert Beric. Le bilan reste maigre alors qu’on est déjà au tiers de la saison, mais il ne faut pas oublier que Boudebouz a peu joué en Espagne ces deux dernières saisons. Sa confiance n’est pas au top. Après, je ne pense pas qu’il aura très longtemps un Totem d’immunité. S’il n’apporte pas plus, Puel n’hésitera sans doute pas à le mettre plus souvent sur le banc. Personnellement, dans le 3-4-3 actuel, j’avoue que j’aimerais bien voir ce que donnerait le trio Khazri-Hamouma-Bouanga, puisqu’il faudra attendre la nouvelle année avant de revoir Charles Abi. Mais les Verts ont aussi besoin d’un bon Boudebouz pour faire une bonne saison et c’est en jouant que l’Algérien pourra retrouver son niveau, son efficacité. Et même s’il ne brille pas souvent, l’équipe n’en pâtit pas tant puisqu’elle ne perd plus depuis sept matches. Avec lui, le plus souvent. Alors pourquoi ne pas insister ? »

Laurent HESS

Oui mais pas dans ce registre

« A titre personnel, j’ai du mal avec les exécutions publiques. Généralement, je suis même plutôt du genre à défendre un joueur lorsqu’il devient la tête de Turc du public même si, effectivement, c’est souvent en rapport avec ses performances du moment. Ce que je me dis concernant Ryad Boudebouz, que j’ai vu à l’oeuvre et apprécié lorsqu’il portait la tunique de Sochaux, Bastia et Montpellier, c’est qu’il n’a pas perdu toutes ses qualités techniques en partant en Espagne. Pour moi, il s’agit avant tout d’un souci de confiance et ce n’est pas en le sifflant ou en l’éliminant du groupe qu’on va en tirer la quintessence.

L’an dernier, si l’on avait écouté les « anti-Cabella », on aurait sorti le Marseillais avant même la mi-saison. Jean-Louis Gasset l’a conforté et, en fin de championnat, sur les matches importants, il a été le Monsieur plus pour porter l’ASSE vers l’Europe quand Wahbi Khazri déclinait. Boudebouz a encore besoin de temps pour s’adapter et revenir à son meilleur niveau. Maintenant il faut aussi que le jeu de Saint-Etienne corresponde à ses qualités de meneur de jeu. A mes yeux, c’est une erreur de l’aligner dans un couloir au sein d’un 3-4-3. Je le vois davantage derrière l’attaquant dans une formule en 4-2-3-1 ou, comme c’est la mode actuellement des défenses à trois, dans un 3-4-1-2 à la baguette.

Pour moi, Ryad Boudebouz n’a pas les qualités d’un joueur de couloir. C’est presque un « n°10 » à l’ancienne, qui efface dans un petit périmètre et distribue depuis le cœur du jeu. Certes il a une patte pour centrer mais manque clairement de spontanéité et se retrouve vite bridé lorsqu’il s’agit de coller à la ligne de touche. »

Alexandre CORBOZ