ASSE – L’analyse de Laurent Hess : « Les Verts loin du compte »

true

L’ASSE a dû se contenter d’un match nul contre la modeste équipe ukrainienne d’Oleksandria (1-1), jeudi soir. Un résultat qui complique sa situation en Ligue Europa, et qui montre les progrès qu’il reste à accomplir pour la formation de Claude Puel.

Après les victoires contre Lyon (1-0) et à Bordeaux (1-0), Claude Puel a vécu sa première déception en tant qu’entraîneur de l’ASSE jeudi en Ligue Europa avec le match nul concédé par son équipe face à Oleksandria. Après l’ouverture du score du revenant Gabriel Silva sur une belle action collective, les Ukrainiens, novices sur la scène européenne, ont égalisé sur un but du défenseur brésilien contre son camp.

Ensuite, les Verts ont manqué de justesse technique, puis d’efficacité sur la fin, Romain Hamouma ratant une balle de match, de la tête, sur un caviar de Denis Bouanga, avant un bel arrêt du portier ukrainien sur une dernière volée de Ryad Boudebouz.

Le 4-3-3 n’a pas fonctionné, Khazri n’a pas joué

« Avec ce résultat, on a grillé un joker mais tout reste possible. Ça reste ouvert », a commenté Timothée Kolodziejczak. « Pour se qualifier, il faudra hausser notre niveau. On doit progresser collectivement. J’espère que cela prendra le moins de temps possible », a quant à lui glissé Claude Puel. Alors que son coaching avait séduit lors du derby et à Bordeaux, le successeur de Ghislain Printant a troqué son 3-4-1-2 pour un 4-3-3 qui n’a pas donné satisfaction en première mi-temps. Avec trois milieux défensifs (M’Vila, Youssouf et Aholou), l’ASSE a peiné dans la créativité.

Il y a eu du mieux après le retour des vestiaires, quand l’équipe est passée en 4-2-3-1 avec l’entrée de Boudebouz à la place d’Aholou, sans que l’Algérien n’apporte vraiment, mais au final, les Verts avaient de quoi être déçus de leur match. Du contenu comme du résultat, qui n’arrange pas leurs affaires, Wolfsburg et La Gantoise affichant toujours trois points d’avance à trois journées de la fin. Puel, qui s’est beaucoup agacé des lacunes techniques de ses joueurs, a pu mesurer un peu mieux l’étendue de son chantier stéphanois.

Wahbi Khazri, lui, sera frais dimanche contre Amiens puisqu’il n’est pas entré en jeu. Et il serait étonnant que Bouanga ne débute pas, lui qui n’a joué qu’un quart d’heure hier, alors qu’il est de loin le joueur offensif forézien le plus tranchant du moment. »

Laurent HESS

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000