ASSE – L’analyse de Laurent Hess : « Les Verts se sabordent encore ! »

true

Alors qu’elle tenait la victoire contre le Stade de Reims (1-1), l’ASSE a perdu deux points en concédant un penalty stupide dans le temps additionnel.

Les regards étaient tournés vers Jessy Moulin dimanche à Geoffroy-Guichard pour un ASSE-Stade de Reims qui a fait suite à «l’affaire Ruffier ». Moulin est passé tout près de réaliser un 3e clean sheet en 3 matches de L1 disputés cette saison après Nîmes (1-0) et Lyon (1-0), sans être vraiment inquiété par des Rémois peu incisifs, mais un penalty concédé par Yann M’Vila sur la dernière action du match a privé l’ASSE d’une victoire qui lui tendait les bras.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Plus solidaires mais très mauvais gestionnaires

A 1-0 grâce au but de Denis Bouanga, d’un joli coup de tête, sur un centre de Franck Honorat, les Verts avaient fait le plus dur. Et par la suite ils n’avaient pas concédé d’occasions sur les longs ballons rémois, jusqu’à ce fameux penalty de la 94e minute… L’action qui le précède en dit long sur la naïveté des Stéphanois, leur manque de métier, avec Bouanga qui adresse un centre plutôt que de gagner du temps, sur le côté, et Gabriel Silva, tout juste entré en jeu pour préserver le score, qui vient faire faute dans la surface rémoise. Ce n’est pas la première fois que l’ASSE se fait rejoindre au score, ce qui vaut à Claude Puel certaines critiques pour son coaching.

 

Diony applaudi, Boudebouz et M’Vila sifflés

La sortie de Löis Diony, sous les applaudissements, a contrasté avec celle de Ryad Boudebouz, sifflé. L’Algérien a été une fois encore incapable de peser sur la rencontre, de mettre son équipe sur les bons rails. Aligné en défense centrale, aux côtés d’un William Saliba encore excellent, M’Vila a lui aussi eu droit à des sifflets, en première mi-temps. Fautif sur le penalty, l’ancien international a confirmé ses piètres dispositions, ratant la plupart de ses interventions. Pas sûr que Puel renouvelle l’expérience lors des matches à venir, à commencer par le derby, surtout que Wesley Fofana, suspendu contre Reims, sera de retour, ce qui ne sera peut-être pas le cas pour Loïc Perrin touché aux ischios. Techniquement, les Verts ont encore piqué les yeux face aux Rémois mais ils voulaient tous retenir le bon état d’esprit, leur solidarité retrouvée. Il faut bien positiver. Et c’est vrai qu’il y a eu du mieux, surtout par rapport à leur première mi-temps catastrophique à Brest (2-3). Il faudra s’appuyer sur cette cohésion lors du derby, pour la ½ finale de Coupe de France qui suivra, contre Rennes, et pour aller chercher un maintien encore loin d’être acquis.

5 minutes en 4-4-2 :  1 but !

On notera aussi que c’est en passant en 4-4-2, avec l’entrée de Miguel Trauco, positionné en ailier gauche, à la place de Boudebouz, que les Verts ont marqué. Bouanga et Diony étaient alors associés en pointe, ce qui n’a pas duré puisque Puel a fait entrer Assane Diousse à la place de Diony, dans la foulée. L’équipe a alors logiquement reculé. Mais on ne s’empêchera pas de penser que dans le flou tactique stéphanois, c’est du côté de ce 4-4-2 qu’il faudrait un peu plus creuser. Avec un jeu plus direct et un peu plus de présence dans la surface. C’est dans ce système que les Verts avaient joué leur meilleur match de la saison, contre Nice (4-1), en décembre.

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000