ASSE – L’analyse de Laurent Hess : « Un mois plus tard, les Verts sont au pied du podium ! »

true

Notre correspondant à Saint-Etienne se réjouit de la folle remontada de l’ASSE depuis que Claude Puel a succédé à Ghislain Printant début octobre.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Tout peut décidément aller très vite en football. Surtout en L1. Et surtout cette saison. Il y a à peine plus d’un mois, à l’heure de débuter le derby contre Lyon (1-0) pour la première de Claude Puel sur le banc, l’ASSE était lanterne rouge du championnat. Elle est aujourd’hui 4e après sa victoire à Nantes (3-2), derrière le PSG et l’OM, à égalité avec Angers.

Bouanga sur un nuage

Depuis que Puel a pris la relève de Ghislain Printant, les Verts ne perdent plus. Ils sont sur une série de 9 matches sans défaite. Pourtant, ils ont des blessés. A la Beaujoire, il a fallu faire sans William Saliba et Charles Abi, qui seront absents jusquà la trêve hivernale, mais aussi sans Yann M’Vila, Jean-Eudes Aholou ou encore Loïc Perrin. Harold Moukoudi et Miguel Trauco ont retrouvé du temps de jeu, Franck Honorat a vécu son baptème du feu, le jeune Mahdi Camara a débuté pour la première fois lui aussi, et les Verts, menés deux fois, ont renversé les Canaris pour leur passer devant au classement.

Après l’égalisation de Trauco sur un centre d’Honorat, c’est encore une fois Denis Bouanga qui a été l’homme providentiel côté stéphanois. L’ancien nîmois s’est offert un doublé.

Et pourtant, ça pique encore les yeux…

Trois jours après un piètre match nul ramené d’Oleksandria (2-2) en Ligue Europa, l’ASSE n’a pourtant pas été brillante à Nantes. Elle a fait preuve de caractère, de ressources mentales, de solidarité et d’une belle efficacité. Une constante ces derniers temps puisqu’en Ukraine, elle avait marqué sur ses deux seuls tirs cadrés. En revanche, dans le jeu, il reste encore beaucoup de progrès à faire. Sa folle remontée, et son classement, l’ASSE les doit à ses progrès, à la fois tactiques, physiques, comme à la médiocrité des adversaires qu’elle a croisés.

Depuis que Puel est là, c’est plus sérieux, il y a plus d’application, de répondant, de tout. Mais de Lyon à Nantes en passant par Bordeaux, Oleksandria ou même Monaco, qui avait dû jouer sans Islam Slimani dans le Chaudron, le niveau de l’opposition a souvent été faible. Seule Amiens a fait bonne impression et Puel n’avait d’ailleurs pas manqué de le souligner. Ainsi est notre chère Ligue 1. Un championnat où une équipe qui tient la route peut jouer les premiers rôles, y compris quand elle rate en beauté son départ. Ce pourrait bien être le cas de l’ASSE cette saison.

Après un mois de Puel, on se dit en tout cas qu’elle est entre de bonnes mains. En gagnant un derby d’entrée et en amenant l’équipe de la 20e à la 4e place en un mois, le Castrais a redressé l’ASSE de façon magistrale. Et on veut bien croire que bientôt, il arrivera même à bien les faire jouer… »

Laurent HESS

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000