ASSE - L'instant Sainté : passez à l'attaque Monsieur Puel
par Benjamin Danet

ASSE - L'instant Sainté : passez à l'attaque Monsieur Puel

Chaque jeudi soir, Benjamin Danet, directeur général de But! Editions et supporter acharné des Verts, revient sur l'actualité plus ou moins récente de l'ASSE.

De mémoire de supporter, on avait rarement connu un tel désastre. Dans le jeu comme dans les tribunes. L'ASSE, dimanche dernier face à Nantes (0-2), a touché le fond, privée de tout, et notamment de son chaudron, de ses supporters et de ce supplément d'âme qui n'habite pas (plus ?) nos joueurs.

Difficile, lorsque le Vert coule dans vos veines, d'accepter une telle humiliation. Se dire, au fond, qu'on supporte un club moyen de Ligue 1, justement relégué dans la seconde partie de tableau pour cause de préparation estivale désastreuse et de certains égos surdimensionnés. Le mal est fait, les blessés sont légion, le niveau de jeu est consternant et même notre Beric tant aimé va aller voir ailleurs. Le propos, ici, n'est pas de porter aux nues le Slovène, loin, trop loin, du niveau affiché avant la découpe du Lyonnais Jordan Ferri.

Rarement titulaire sous Gasset, encore moins avec Puel, notre derby-libérateur va aller chercher de la stabilité aux Etats-Unis, à Chicago. Laissant le peuple Vert avec une pointe de tristesse et de vraies questions. Car au-delà, du cas Beric, c'est bien la ligne d'attaque des Verts qui pose problème. Et les choix de Claude Puel avec.

Que donnent les jeunes, devant ? Rien

On peut certes comprendre le transfert de Beric, et la volonté d'alléger la masse salariale. On peut (encore) admettre le malaise Diony, victime d'on ne sait plus trop quoi et surtout d'insuffisance. On aimerait même être d'accord avec la supposée carte jeunes du coach Puel, pressé, paraît-il, de remettre en cause le statut des cadres.

Mais que donnent les jeunes, justement ? Rien. Charles Abi, un temps blessé, n'a toujours pas inscrit le moindre but. Dos au but, en permanence, il court le plus souvent dans le vide. Arnaud Nordin multiplie le bon et le vraiment moins bon. Maxence Rivera, 17 ans, ne paraît guère plus lorsqu'on le lance dans le grand bain au Parc des Princes et face aux Canaris. Ajoutez à ça l'incohérence totale de faire évoluer Wahbi Khazri en numéro 9 et vous avez, face à vous, une équipe incapable de se créer deux occasions en 90 minutes face au FC Nantes...

On espère, par un miracle venu d'on ne sait où, récupérer Denis Bouanga et RomainHamouma dans les prochains jours. Frais, dispos et (enfin) dénués de pépins. Je reste convaincu que l'ASSE, avec son équipe au complet, a les moyens de retrouver le premier tiers du tableau. A Puel d'être de nouveau d'attaque, de privilégier l'expérience, et non la jeunesse. Et surtout, de ne pas nous faire regretter les départs de Robert Beric et Loïs Diony. Là, on dépasserait même le fond...