ASSE – L’oeil de Dominique Bréard : « A happy B to Denis B ! »

false

Supporter de l’ASSE, Dominique Bréard, l’ancien recordman de victoires au jeu de France 2 « Tout le monde veut prendre sa place », salue la remontada des Verts et leur joueur-clé du moment, Denis Bouanga.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

« Ce 11 novembre 2019, date à laquelle ces lignes sont écrites, est un jour important. Oui, c’est l’armistice mais on l’a déjà fêtée une paire de fois et on la fêtera bien heureusement dans les années à venir. Alors que, ce 11 novembre 2019 est une date unique dans l’histoire : aujourd’hui, le second couteau suisse de l’ASSE après KMP, Denis Bouanga, le Denis B du titre, fête un quart de siècle. Et puisque le dimanche 10 novembre, il nous a offert deux tiers de notre victoire à Nantes, il m’a semblé proportionné de vous dire toute ma satisfaction d’avoir recruté ce joueur. Vous me direz que c’est facile de dire qu’on est content d’avoir un Bouanga dans son équipe vu que c’est lui qui plante la majorité des buts de l’ASSE en ce moment. Mais au-delà de ses buts, Denis B me paraît avoir des raisonnements saints qu’il s’agisse de sa carrière ou de notre club.

« J’aime ses buts et son discours »

Pour sa carrière, il se raconte qu’en 2015, le sélectionneur du Gabon de l’époque avait voulu l’appeler et qu’il aurait refusé la sélection estimant qu’il n’était pas prêt. Il préférait s’aguerrir encore un peu en club. Du coup, il a attendu 2017 pour répondre favorablement à sa sélection. Combien connaissez-vous de joueurs qui ont eu ou auraient eu cette sagesse ? Je n’en connais personnellement aucun. Quant à son parcours à l’ASSE, c’est après la remontada de « la grande équipe d’Oleksandria » qu’il m’a plu. Quand les autres joueurs et même l’entraîneur nous servaient un discours convenu sur l’enchaînement des matchs, la difficulté de jouer une grande équipe et la chimère d’une possible qualification, notre Denis B a dit lui que « c’était comme une défaite ».

Que vouliez-vous dire d’autre en réalité sur un match où on mène 2/0 jusqu’à la 84eme minute et où on termine à 2-2 ? Bouanga est un homme honnête avec la réalité c’est la raison pour laquelle je lui trouve une bonne mentalité qui va nous profiter. Après le Denis B du titre, c’est un autre Denis B que j’aimerais évoquer ici. En 2017, Denis Balbir couvrait la CAN qui se déroulait au Gabon. Lors de cette compétition, le pays hôte n’était pas sorti des poules mais Denis B, celui du titre, avait effectué de brillantes prestations au point d’être élu deux fois homme du match.Comme on était en plein mercato d’hiver, Denis B, le commentateur, avait essayé de souffler à Christophe Galtier qu’il serait bien inspiré de prendre Denis B, l’homme du titre. Mais cette année-là Denis B, le commentateur, n’avait pas été entendu. On avait failli prendre Mounier pour finalement voir débarquer Jorginho. A cette époque-là Denis B, l’homme du titre, n’était pas bien cher et même si on le récupère aujourd’hui à un moment clef, on ne m’enlèvera pas de l’idée qu’on aurait dû le prendre avant.

On aura du mal à le garder

J’ai la sensation que dès ce mercato d’hiver, le nouveau directoire de l’ASSE va devoir tout de suite montrer les dents pour résister à certaines attaques de clubs sur des joueurs et nul doute que Bouanga fera l’objet de nombreuses convoitises tant ses performances sont au-dessus du lot. S’il continue à ce rythme, l’ASSE devrait recevoir quelques offres. Si le projet de Puel a du corps, et je pense qu’il en a, il faudra alors faire de la résistance et notre coach néo manager général devra lutter contre la logique interne du club qui le pousse à vendre ses meilleurs joueurs pour se doter de trésorerie. Bref, je veux qu’on le garde longtemps notre Denis B, l’homme du titre, car je l’aime presque autant que l’autre Denis B, le commentateur. Alors merci d’avance au directoire de ne pas écouter le chant des sirènes du marché. Allez les Verts ! »

Dominique BREARD

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000