ASSE - Mercato : Romeyer veut "changer de modèle sportif"
par Mathias Merlo

ASSE - Mercato : Romeyer veut "changer de modèle sportif"

Roland Romeyer, président du directoire de l'ASSE, a confirmé la volonté des Verts de s'appuyer sur des jeunes à fort potentiel à l'avenir.

 

Vendredi, l'ASSE aura l'occasion de sauver sa saison. Face au PSG, en finale de la coupe de France, les Verts pourraient accrocher une septième doyenne des coupes. Surtout, ils pourraient composter un billet pour la Ligue Europa.

Dans un entretien accordé à l'Equipe, Roland Romeyer a regretté que ce grand événement se joue sans supporters stéphanois. Tous les groupes ont décidé de boycotter le déplacement devant le nombre de tickets alloués aux fans. "J'avais dit que si la finale de Coupe de France se disputait à huis clos, je serais solidaire de nos supporters en n'y allant pas. Mais là, ça ne sera pas un vrai huis clos mais un tout petit. Donc, j'irai, le coeur triste. Ce ne sera pas une finale comme les autres." 

Menés par Claude Puel, les joueurs du Forez tenteront de réaliser l'exploit. Après, l'ASSE s'occupera de son mercato. Les pensionnaires de Geoffroy-Guichard veulent s'axer sur le recrutement de jeunes espoirs. "La crise économique nous conforte dans l'idée qu'il faut changer de modèle économique, affirme Roland Romeyer. Notre volonté est de nous appuyer davantage sur des jeunes à fort potentiel, encadrés par des joueurs d'expérience. L'arrivée d'Adil (Aouchiche) s'inscrit dans ce cadre. Sa signature montre que l'ASSE reste attractive et ambitieuse. La présence de Claude Puel a également beaucoup compté. Tout le monde connaît sa capacité à développer des joueurs."

Dans ce sens, Roland Romeyer souhaite réduire la voilure et baisser le budget du club de "10 à 15 millions d'euros tout en essayant d'être le plus compétitif possible". D'après les propos du président du directoire, l'entité vit actuellement au-dessus de ses moyens. Dans cette optique, Claude Puel, seul décideur du sportif, veut écrémer son effectif, à l'instar du cas Ruffier, pour réduire la masse salariale de 20%. Après avoir réalisé ces efforts, Romeyer certifie une chose. "Il ne sera plus question de vendre nos meilleurs jeunes."