ASSE, PSG - Mercato : Puel aurait déjà programmé la vente d’Aouchiche !
par Mathias Merlo

ASSE, PSG - Mercato : Puel aurait déjà programmé la vente d’Aouchiche !

Priorité de Claude Puel, Adil Aouchiche (17 ans) est encore loin de l'ASSE. Selon des experts, en cas d'accord, les Verts le vendront sous 3 ans.

À l'ASSE, Adil Aouchiche (17 ans) est le serpent de mer de ce début de mercato. En fin de contrat, le milieu offensif représente une formidable opportunité de marché pour ses prétendants. Alors qu'il a repoussé des propositions de contrat professionnel, le joueur formé au PSG va probablement quitter la capitale cet été.

Admirateur du joueur, Claude Puel veut récupérer le joyau. L'entraîneur de l'ASSE souhaite rajeunir son groupe pour rebâtir un cycle vertueux. Aouchiche s'intègre parfaitement dans la nouvelle vision dictée par l'ancien entraîneur de l'OL et de l'AS Monaco.

Dans un papier rédigé par Eurosport, Laurent Mommeja, fondateur d’Espoirs du Football, a analysé la stratégie des Verts avec l'international français moins de 20 ans : "Les indemnités de formation sont très basses. Le calcul des clubs qui misent sur le trading est très simple. Si on prend les chiffres annoncés (100 000 euros par mois et prime à la signature de 3 ou 4 millions selon L’Equipe), on retrouve une indemnité totale d’un joueur très moyen de Ligue 1. Donc, l’absence d’indemnité de transfert initiale rend le marché très attractif. Un club au budget modeste comme Saint-Etienne se dit : "il a une certaine cote."

Une cote que des clubs comme le Bayer Leverkusen et le BvB Dortmund ont aussi perçu. Car, l'objectif final paraît logique pour l'ASSE, club limité par ses moyens : "L’objectif est de le vendre sur ces trois ans et faire du trading à court terme. Ça peut s’entendre. C’est une politique commerciale comme une autre. Mais moralement, ça peut faire débat. Sur une seule plus-value, ça rentabilise tout le reste."

Le raisonnement est partagé par des gens encore dans le milieu du football. Patrick Rampillon, ancien directeur du centre de formation du Stade Rennais, prend exemple avec Eduardo Camavinga, courtisé par le PSG : "Avec les indemnités qui existent, il y a un retour sur investissement. Mais, je trouve les sommes données dérisoires. Car si un club français perd un joueur de talent et qu'il reçoit uniquement trois années de formation... Si j'avais perdu Camavinga par exemple et que j'avais reçu 270 000 euros, je pense que je me serais fait taper sur les doigts par M.Pinault. Et il aurait eu raison."