OL : critiques, Gonalons, Houllier vs Lacombe… Genesio évoque les dossiers chauds

Pour sa dernière conférence de presse de la saison, Bruno Genesio est revenu sur les critiques dont il fait (et a fait) l’objet.

Contesté par une petite frange de supporters qui ont déployé des banderoles dans la ville de Lyon pour réclamer son départ, Bruno Genesio a profité de la préparation du match sans enjeu entre l’OL et l’OGC Nice samedi pour répondre à ses détracteurs.

« Je pense juste que des limites ont été franchies par certains »

Soulagé d’avoir entendu Jean-Michel Aulas le soutenir, l’ancien adjoint l’a fait savoir il se « concentre sur la saison prochaine » et tant pis pour ceux qui ne veulent plus de lui : «Je conçois que des gens ne soient pas d’accord avec moi. Je pense juste que des limites ont été franchies par certains. Ce qui me gêne, c’est qu’il n’y ait pas vraiment de débat. Mais c’est quelque chose que je ne peux pas maîtriser. Je me concentre sur le foot, parce que c’est ce que j’aime. J’ai toujours dit que j’admettais n’avoir pas tout bien fait. C’est un reproche que j’accepte avec humilité. Après le derby, je suis venu vous dire que je m’étais trompé sur la composition d’équipe, je l’ai assumé. Mais quand j’ai fait des choses bien, je ne l’ai pas entendu. J’ai apprécié l’ironie de Leonardo Jardim qui rappelait, il y a quelque temps, qu’il avait été nommé « truelle » de je ne sais pas quoi, il y a trois ans, parce que tout le monde s’embêtait à voir jouer Monaco…»

De la langue de bois sur le cas Gonalons

Bruno Genesio a également évoqué les dossiers sensibles. Notamment le cas Maxime Gonalons, incertain pour Nice (pointe aux fessiers) : «Le président a dit que la possibilité existait que Max nous quitte, j’envisage les deux solutions». Et il ne s’est pas mouillé sur le dossier du directeur sportif : «Gérard Houllier et Bernard Lacombe m’ont beaucoup aidé. Mais il sera important que quelqu’un soit présent au quotidien, à mes côtés, et pas seulement, parce que la fonction de directeur sportif est plus large que cela, il y a la formation aussi. » Une formation dont le coach lyonnais espère sortir le nouveau Lacazette.

Arnaud Carond