ASSE – L’oeil de Denis Balbir : « Les Verts face à deux approches du Mercato d’hiver »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Focus sur la drôle de semaine de l’ASSE et les soucis défensifs des Verts.

« Mercredi dernier, l’ASSE a perdu à Bordeaux (2-3) dans un match au scénario cruel pour eux. Perdre ce genre de matches sur la fin, ça met toujours un petit coup au moral. Encore plus quand on revient de Gironde avec deux blessés importants (Neven Subotic et Mathieu Debuchy). Cela fait un problème de plus à gérer pour le staff de Jean-Louis Gasset.

Ce week-end, il n’y a pas eu de match. La rencontre contre Marseille a été reportée du fait des évènements particuliers qui touchaient la France. Personnellement, je n’ai pas trop compris l’idée d’un report partiel des matches. Quand six rencontres de Ligue 1 sont déplacées, il aurait été logique pour l’équité de loger tout le monde à la même enseigne et de décaler aussi les quatre autres. C’est une petite incohérence.

Maintenant, était-ce un bien ou était-ce un mal de ne pas avoir affronté l’OM ce week-end ? Quand on sort d’une défaite comme à Bordeaux, soit on a envie de prendre le temps de panser ses plaies, soit on souhaite de suite se remettre dans le bain de la compétition. Marseille se retrouvant dos au mur actuellement, je ne suis pas sûr que c’était le bon moment de les affronter. A vrai dire, je suis plutôt satisfait que cette rencontre soit repoussée au mois de janvier. L’ASSE a vraiment besoin de se ressourcer et de retrouver certains de ses blessés.

« Les blessés défensifs ? Il faut prendre le problème à court, moyen et long terme »

Est-ce que je suis inquiet par rapport aux blessures défensives ? Oui et non. Oui, car il y a la blessure de deux joueurs expérimentés derrière. Je sais pas quand les Verts vont récupérer Neven Subotic. En tout cas, sa blessure est embêtante pour Saint-Etienne comme pour lui. On parle d’un joueur qui se cherche un nouveau souffle et une prolongation de contrat. Pour Mathieu Debuchy, le plus problématique ce sont toutes ses rechutes. On sait qu’il s’agit d’avantage d’un joueur sur la fin que sur le début. Maintenant, ces deux pépins ne sont pas non plus une catastrophe absolue : Saint-Etienne dispose quand même d’un banc. Je pense que Jean-Louis Gasset et Ghislain Printant ont déjà quelques idées. On dit toujours que l’ASSE dispose de jeunes avec du potentiel, c’est l’occasion de leur donner leurs chances.

Ce qui ressort des blessures du moment, c’est qu’on s’interroge déjà sur la politique à mener lors du Mercato de janvier. Que faire ? Pour moi, il faut prendre le problème à court, à moyen et long terme. Faut-il vraiment prolonger Neven Subotic ? A titre personnel, je n’y suis pas favorable. Il ne présente pas tous les signes positifs pour continuer sur la durée. Quelle projection souhaite-t-on sur l’après Loïc Perrin aussi ? Le capitaine stéphanois, de plus en plus régulièrement à l’infirmerie, ne continuera pas jusqu’à 44 ans.

Quand on dispose de seulement six défenseurs et que trois sont régulièrement blessés, cela pose forcément des questions. Il faut en tirer les conséquences. Mais il ne faut pas non plus faire n’importe quoi. Réaliser un Mercato « de panique » et vouloir trouver absolument un défenseur polyvalent dès janvier n’est pas forcément la meilleure idée. Il y a deux façons de voir les choses : soit on se dit qu’on recrute cet hiver une charnière en devenir et on lui laisse un temps de se roder pendant six mois, soit on continue comme ça en s’appuyant sur les jeunes et on fait du renouvellement défensif la priorité de l’été 2019. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ