OL – L’oeil de Denis Balbir : « Les banderoles contre Genesio, c’est de l’indécence »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Zoom sur la fin de saison pleine de paradoxe de l’OL, qualifié pour la Ligue des Champions et qui doit composer avec un entraîneur décrié malgré tout.

« Avec cette qualification pour la Ligue des Champions, Lyon finit sur une bonne note. Il faut retenir le positif de cette saison même si c’est dur pour certains. Oui, vu son effectif, l’OL avait les armes pour aller plus loin en Ligue Europa. Oui, il y a eu ce match face au CSKA Moscou (défaite 3-2) qui a mis fin aux illusions lyonnaises de jouer la finale à la maison. Oui, l’OL a raté sa saison européenne sur un seul match. Maintenant, à côté de ça, Lyon a fait le boulot sur le plan national. Certes, l’équipe rhodanienne n’a rien à voir avec l’OM en terme d’effectif. Il y a du talent partout : des Traoré, Fekir, Depay, Ndombélé, Tousart, etc. Encore fallait-il être en mesure de l’exprimer collectivement. Dans la saison de l’OL, il y a eu quelques couacs mais également quelques prestations sublimes comme ce fut le cas ce week-end face aux Aiglons.

A Lyon, il y a cette culture de l’Europe. C’est admirable de parvenir à accrocher une 22e qualification européenne de rang. Ce qui me plait, dans cette rivalité entre l’OL et l’OM qui a pris de l’ampleur cette année, c’est que Marseille est en train de tomber dans la même marmitte. Cela promet beaucoup de belles empoignades à l’avenir…

« Il doit y avoir un vrai problème d’intelligence ou de clairvoyance chez certains supporters lyonnais… »

Je tiens à tirer un grand coup de chapeau à Bruno Genesio, qui a encore réussi un gros réajustement tactique dans un match décisif et qui se retrouve encore une fois critiqué par ses propres supporters. Pour moi, les critiques dont il fait l’objet sont le comble de la bêtise… C’est comme quand j’écoute la radio et que je tombe sur certains consultants qui l’appellent ironiquement « Pep » Genesio pour se moquer de lui. On parle d’un vrai Lyonnais, qui entraîne son club de cœur. Il est arrivé dans des conditions qui n’étaient pas simples au moment de prendre le relai d’Hubert Fournier et, avec sa modeste expérience, est parvenu à qualifier le club deux années sur trois pour la Ligue des Champions. Neuf fois sur dix, quand il tranche dans le vif dans ses choix, les faits lui donnent raisons. Si les gens ne voient pas ça, je ne sais pas ce que l’on peut faire pour eux et comment les satisfaire.

Pour moi, ces banderoles, c’est de l’indécence. Dans quel autre club en France le coach se fait siffler en amenant son club en C1 ? Il doit y avoir un vrai problème d’intelligence ou de clairvoyance chez certains supporters lyonnais… Sincèrement, j’ai juste envie de dire bravo à Bruno Genesio parce que faire ce qu’il a fait avec tout ce qu’il a pris dans la figure, c’est plus qu’honorable. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ