ASSE, OM, FC Nantes : les autorités donnent les raisons préoccupantes des reports

ASSE, OM, FC Nantes : les autorités donnent les raisons flippantes des reports

Les matches ASSE – OM et Nîmes – FC Nantes ont été reportés en raison des risques de manifestations à Saint-Étienne et dans la ville gardoise.

Si le report du match Monaco-Nice fut demandé par le gouvernement de la principauté de Monaco, celui d’ASSE-OM, initialement prévu dimanche soir, fut décidé jeudi à la préfecture de Saint-Étienne et validé par Nathalie Boy de la Tour, la présidente de la LFP.

Evence Richard, préfet de la Loire, s’est expliqué plus en détails dans L’Équipe : « La première des raisons qui m’ont incité à prendre cette décision est en lien avec le climat actuel de violence, qui ne fait que croître à Saint-Étienne : samedi, nous avons eu des manifestations assez violentes avec les gilets jaunes, et ce matin (hier), plusieurs centaines de lycéens ont causé pas mal de dégâts dans la ville. Ensuite, alors que jusqu’à présent on s’attendait à n’avoir à gérer qu’une manifestation de gilets jaunes samedi, on en aura également une dimanche matin puis une lundi matin. Si elles se passent mal, je ne me voyais pas imposer en plus aux forces de police la prise en compte de ce match, surtout après la défaite de l’ASSE hier soir. »

Une défaite prompte à rendre les ultras de l’ASSE nerveux, ce qui a constitué le troisième élément décisif dans la réflexion du préfet Richard. « Ce qui m’a décidé, c’est un entretien avec le président Romeyer, poursuit-t-il. Les matches entre l’ASSE et Marseille ont souvent donné lieu à des débordements mais à cause du résultat de mercredi, les ultras pourraient être violents. Le président m’a fait part de sa certitude qu’on aurait des difficultés à gérer ce match. Ça faisait beaucoup… »

Difficile aussi d’assurer la sécurité des uns et des autres quand le département ne dispose que d’un millier de policiers, comme c’est le cas à Nîmes, où la réception du FC Nantes ce samedi (20h) a été annulée. « C’est une déception pour nous comme pour les autres clubs, a réagi Laurent Tourreau, directeur des opérations du Nîmes Olympique. La préfecture nous a appelés pour nous demander notre avis cet après-midi (hier). On aurait aimé jouer, d’autant qu’on était sur une bonne dynamique, mais on comprend la décision. À J – 2, ça ne va pas engendrer de coûts supplémentaires, mais du travail en plus pour annuler tout ce qu’on avait prévu comme le traiteur, arrêter les ventes sur Internet, mettre en place un système de remboursement. »

JP