OM – Décryptage : pourquoi les propos de McCourt ne sont vraiment pas rassurants

Présent dans de nombreux médias, le tout nouveau propriétaire de l’OM, Frank McCourt, a parfaitement réussi son exercice médiatique. Plus compliqué, en revanche, d’analyser ses propos et de juger ses promesses.

C’est tout sourire, en train de signer un document, qu’il apparaît dans les pages du quotidien l’Equipe. Un exercice imposé pour tout nouveau président de club que d’être dans les pages du quotidien sportif français. Reste que Frank McCourt, qui a déjà fait pas mal de promesses, est beaucoup plus flou dès sa première interview. Et lorsqu’on rentre dans le détail, il n’y a pas vraiment de quoi être rassuré. Morceaux choisis.

« Je me prépare à investir plus de 200 millions d’euros sur quatre ans. C’est plus que lors des vingt dernières années. Avec pour objectif de gagner le championnat. »

On a donc compris que le propriétaire américain investira, à peu de choses près, 50 millions d’euros par an. Plus que sur les dernières années ? Sans doute. Seul problème, les prix des meilleurs joueurs de football, qu’ils évoluent en France où à l’étranger, ne sont plus du tout les mêmes qu’il y a quelques années. Aujourd’hui, pour vous attacher un grand nom, et on ne parle même pas de star intouchable, c’est, au minimum, 25 ou 30 millions d’euros qu’il faut débourser. Et on n’évoque pas ici, du salaire chargé, que l’OM et son président devront bien entendu prendre en compte. Bref, en admettant que McCourt veuille en effet injecter 50 millions d’euros lors du premier mercato, il ne pourra signer, au grand maximum, que deux joueurs de calibre. Et ce ne sera alors pas suffisant pour gagner le championnat face à des formations comme le PSG et l’AS Monaco qui elles, justement, peuvent sortir sans difficultés 30 millions d’euros pour un seul joueur.

« On est vingt-deuxièmes au classement des centres de formation, c’est totalement inacceptable. On se doit d’être dans le Top 3 pour atteindre une continuité dans l’excellence. »

Le genre de propos que tout supporter adore lire et que tout président aime dire. Surtout à Marseille qui, depuis le tout début des années 80 et l’arrivée de Bernard Tapie aux commandes, s’est continuellement passé d’un bon centre de formation. Les Minots, cela remonte à plus de 35 ans. Frank McCourt devrait savoir que pour disposer d’un centre de formation performant, il faut attendre plusieurs années. S’entourer des meilleurs éducateurs et convaincre, surtout, les parents des plus jeunes talents que l’OM est en mesure de les accueillir. Ce qui ne prendra certainement pas quatre ans, mais beaucoup plus, et demandera également de l’argent.

« Je veux attirer les bons joueurs pour gagner. Si ce sont des stars, très bien. »

On se doutait que Frank McCourt n’était pas venu à l’OM pour perdre. Mais une fois encore, le budget évoqué par l’Américain ne suffira pas à avoir des stars. Jamais. Quant aux bons joueurs, il ne faudra surtout pas se louper. Pour exemple, le PSG a tout de même acheté au dernier mercato le milieu de terrain Gregorz Krychowiak pour plus de… 25 millions d’euros. Et, sans lui faire injure, ce n’est pas une star.

« Acheter cet hiver ? Je ne peux pas développer. Je ne suis pas le directeur sportif, ni l’entraîneur, mais je leur donnerai les moyens. »

Là encore, McCourt va devoir jouer serré. Car on ne peut, dans le même entretien affirmer vouloir être dans le TOP 3 de la L1 tous les ans, et ne pas sortir le carnet de chèques dès cet hiver. Au vu de son effectif actuel, l’OM n’a bien entendu pas les moyens d’accéder au podium. Il manque de tout et surtout de bons joueurs défensifs. De plus, le mercato hivernal n’offre vraiment pas les mêmes possibilités que celui de l’été, avec des joueurs barrés et des clubs qui ne voudront sûrement aider le club olympien à bien finir la seconde partie de saison.

« J’ai grandi à Boston et les similarités avec Marseille sont très frappantes. »

On espère que Frank McCourt est meilleur en gestion d’entreprises qu’en comparaisons de lieux urbains. Car pour toute personne qui a déjà été dans les deux villes, Marseille ressemble autant à Boston que Paris à la Rochelle. Mais bon, accordons pour le moment le bénéfice du (non) doute à Frank McCourt (dont vous pouvez voir les propos ci-dessous en vidéo) et espérons, surtout, que les si fidèles supporters de l’OM ne déchanteront pas au cours des semaines qui arrivent. Leur fidélité ne le mérite pas.

B.D.