OM : Yohann Pelé, la remise en questions

Gardien titulaire de l’OM, Yohann Pelé ne parvient pas à faire l’unanimité. Le quotidien marseillais, La Provence, a sondé certains de ses illustres prédécesseurs pour tenter de comprendre.

Pas facile, forcément, de succéder à un monument. Et d’être sans cesse comparé à un certain Steve Mandanda, parti tenter sa chance en Premier League l’été dernier. Yohann Pelé a donc du faire face, s’installant dans la peau du gardien titulaire, alternant depuis plusieurs mois le bon et le moins bon. C’est sans doute devant ce manque de régularité que le quotidien La Provence a voulu en savoir plus. Donnant la parole à d’anciens gardiens marseillais, pressé d’émettre un jugement sur la saison de Pelé.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OM

Certains, dont Jean-Paul Escale, Olympien onze années durant, affichent leurs réticences. « Le football moderne est peut-être différent de celui que je pratiquais, mais, avec mon mètre soixante-dix-sept, je sortais beaucoup plus que lui avec son mètre quatre-vingt-seize. Je trouve qu’il ne se sert pas assez de sa taille. Dimanche, je regardais le jeune Cardinale de Nice. Combien doit-il mesurer ? 1m80. Il y va, il rentre dans le lard, il ne se pose pas de question. J’ai l’impression que Pelé, lui, a une certaine réticence à quitter sa ligne de but. En revanche, il est nettement plus performant à l’heure actuelle que ce qu’il était en début de saison. Mais de là à faire gagner un match… » Gérard Migeon, au club de 1974 à 1981, abonde dans le même sens : « J’ai du mal à le cerner. Il a quelques réflexes sur sa ligne, mais il devrait profiter de sa grande taille, ça devrait l’avantager. »

Demeure néanmoins une évidence, qui ne peut souffrir d’aucune contestation : Pelé revient de loin. De très loin même, victime d’une embolie pulmonaire et éloigné des terrains de 2010 à 2013. Un coup dur qu’il est impensable d’occulter, comme le souligne Jérôme Alonzo, ancien gardien devenu consultant. « Il a été stoppé dans sa progression par ses problèmes de santé. Quand il a repris à Sochaux, je ne sais même pas s’il y croyait encore. Il ne faut pas juger sa saison trop sévèrement. Pour l’instant, il manque encore les trois ou quatre points qu’il pourrait faire gagner dans des gros matches, contre des concurrents directs. Il doit aller les chercher. » En fin de saison ?

L.T.

Benjamin Danet

Journaliste et Directeur Général de But!