L’analyse de Charles Guyard : « À Guingamp, le FC Nantes ne va pas en avant »

FC Nantes - Mercato : 3 départs majeurs officialisés après le RC Strasbourg ? 

Chez le cancre de la Ligue 1, le FC Nantes a concédé son deuxième 0-0 de la saison au terme d’un match soporifique et malgré un penalty accordé dans les arrêts de jeu.

Quand on ne peut pas gagner un match, vous connaissez la suite, il faut savoir ne pas le perdre, chose que le FC Nantes avait piteusement constaté à Angers, le 20 janvier dernier, en s’inclinant dans le temps additionnel (1-0). Mais quand on peut aussi gagner une rencontre, alors autant y aller ! A Guingamp, chez la lanterne rouge de la Ligue 1, les Canaris ont donc eu cette possibilité. Pas vraiment dans le jeu, où les Jaune et Vert ont été, comme leurs adversaires, relativement faibles, mais sur un coup du sort, en l’occurrence un penalty, accordé par l’arbitre après consultation de la vidéo au-delà du temps réglementaire.

Valentin Rongier, qui avait brillé à Caen sur cet exercice pour la dernière victoire à l’extérieur (1-0) à la veille de la… saint Valentin, a cette fois échoué. Une frappe plutôt inoffensive face à un gardien, Marc-Aurèle Caillard qui, lui, s’est fait une spécialité dans la gestion de ce genre de tentative, surtout en Coupe de la Ligue face à Angers, Nice et Monaco où il a brillé à chaque fois pour emmener les siens en finale de l’épreuve, fin mars contre Strasbourg. Contre le club de la Principauté, en demi finale, Jocelyn Gourvennec avait même tenté le coup de poker en procédant au remplacement de son portier titulaire, Johnsson, dans les ultimes secondes de la partie (2-2), pour permettre à Caillard de faire pencher du bon côté la fatidique séance de penalties en prolongations…

Autant dire que Vahid Halilhodzic était prévenu ! Malgré cela, dans les Côtes d’Armor, Nantes n’a pas réussi à signer un second succès consécutif après celui face à Bordeaux (1-0) en Ligue 1, laissant qui plus est son rival du jour se rapprocher d’un maintien désormais à portée de main, l’EAG n’accusant plus qu’une petite longueur de retard sur Dijon et Caen, le barragiste ! Cela nous donne d’un côté, à Guingamp, et même si la position demeure toujours inconfortable, une crise d’hiver qui commence légèrement à se dissiper. Et de l’autre, à Nantes, des nuages qui continuent de s’amonceler au-dessus de la Jonelière. Sportivement, il y a cette incapacité à décoller du bas de tableau pour se rapprocher de la première moitié, de plus en plus lointaine. Dans les coulisses, outre la tragique disparition de Sala qui continue de semer la discorde avec Cardiff, il y a les derniers évènements qui ne sont pas de nature à créer un climat serein quant à l’avenir même du club. Le projet de nouveau stade a été mis en sommeil par la mairie, et (c’est un lien de cause à effet) le président Kita doit, lui, faire face à une enquête du parquet financier pour d’éventuelles irrégularités fiscales.

Un épisode judiciaire qui n’a pas manqué de relancer les spéculations au sujet d’une vente de la Maison Jaune, toutefois démenties par l’entourage de l’homme d’affaires. Autant dire que l’euphorie de l’automne, notamment née de la large victoire décrochée face à ces mêmes Guingampais à la Beaujoire à l’aller (5-0) le 4 novembre, s’est déjà évaporée. Quatre mois après, l’équipe de coach Vahid piétine, avance par à-coup mais recule aussitôt. Au Roudourou ce dimanche, même s’il a fallu se passer de Waris Majeed (forfait), elle n’était pas non plus démunie avec Coulibaly, entre autre, mais aussi Rongier, Krhin, Pallois, Diego Carlos ou encore Girotto, ces éléments habituels qui avaient écrit les beaux chapitres d’avant la trêve. Pourtant, elle n’a pas su contourner une formation guingampaise elle aussi privée de sa pièce maîtresse offensive (Marcus Thuram) mais lancée dans une dynamique plus positive. En cause ? Le coaching, peut-être, car quand ça ne voulait pas passer, l’entraîneur s’est évertué dans son schéma, refusant tout changement avant les dix dernières minutes. Certes il n’y avait pas péril en la demeure puisque l’EAG ne s’était pas montré particulièrement dangereux, mais raison de plus pour essayer de régler la machine avec des ajustements, surtout devant. Le remuant Antonio Mance n’est ainsi rentré qu’à la 88e minute quand Anthony Limbombe est, lui, resté scotché sur le banc, tout comme Gabriel Boschilia ! «  On n’avait pas la qualité technique dans la dernière passe ou la dernière frappe pour marquer ce soir », a déploré Vahid Halilhodzic au coup de sifflet final. D’accord, mais puisque cette « qualité » n’était, en effet, pas présente sur le terrain, pourquoi ne pas s’être appuyé sur les « quelques millions » qui patientaient sur la touche ?

Ch.G.

Supporters NANTAIS, votre APPLICATION 100% Canaris est disponible.

La version IOS (iPhone) est disponible sur l’App Store

La version Android (Samsung) est disponible sur Google Play

 

Rejoignez notre chaîne But! Football Club pour encore plus de contenus sur le monde du ballon rond.