ASSE – L’analyse de Laurent Hess : « A Bordeaux, les Verts se sont fait enfler en beauté ! »

Girondins - ASSE (3-2) : Eric Bedouet n’en a pas fini avec les Verts

Notre correspondant à Saint-Etienne Laurent Hess estime que les décisions arbitrales de M. Turpin à Bordeaux ont précipité la défaite stéphanoise en Gironde.

L’image de ce Bordeaux-ASSE est bien entendu celle de Neven Subotic, le visage ensanglanté, inanimé, quand il a dû quitter le terrain sur une civière après avoir pris le genou de Stéphane Ruffier de plein fouet. La sortie très mal maitrisée du gardien des Verts a provoqué l’égalisation de Jimmy Briand, après l’ouverture du score de Loïs Diony, sur un caviar de Rémy Cabella. Mais l’homme du match n’est ni Subotic ni Ruffier ni Briand ni Diony ni Cabella. L’homme du match, celui qui en a décidé l’issue, se nomme Clément Turpin, l’arbitre de la rencontre, le n°1 des hommes en noir français, paraît-il.

Sans la VAR comme avec, M. Turpin a été particulièrement mal inspiré

Après avoir eu recours une première fois à la VAR, M. Turpin a d’abord décidé de siffler penalty pour une main de William Saliba sur une frappe à côté de Yann Karamoh, alors que la décision ne s’imposait absolument pas puisque le geste du défenseur stéphanois, de dos, n’avait visiblement rien de volontaire. Après la sortie sur blessure de Mathieu Debuchy, à 2-1 pour Bordeaux M. Turpin ferma les yeux et ne fit pas appel à la vidéo alors que Pablo avait stoppé irrégulièrement Wahbi Khazri à l’entrée de la surface de réparation girondine, à l’aide de ses bras. Le carton rouge s’imposait puisque le Brésilien était en position de dernier défenseur. Et à 2-2, après l’égalisation de Khazri sur un nouveau déboulé de Cabella, c’est ce même Pablo qui vint offrir la victoire aux Girondins, sur un corner, à l’entame du temps additionnel. Entre temps, M.Turpin s’était encore illustré en se déjugeant, après avoir fait appel à la VAR, alors qu’il avait expulsé Younousse Sankharé, auteur d’un vilain geste  d’humeur sur Ole Selnaes. Et au milieu de terrain de revenir des vestiaires qu’il avait été prié de regagner !

Avec les blessures de Subotic et Debuchy, ça fait chère la défaite

Après la rencontre, Khazri a mis en doute le « QI foot » de M. Turpin, sans le nommer. On peut légitimement penser que ce dernier n’a pas fait le meilleur match de sa carrière. Pour les Verts, la défaite en terre girondine a d’autant plus un goût amer que Subotic et Debuchy, touché à la cheville, risquent d’être éloignés des terrains jusqu’à la fin de l’année. Pour préparer la venue de Marseille, dimanche, Jean-Louis Gasset devait espérer mieux. Les seules bonnes nouvelles de ce match côté stéphanois viennent du bon match de Cabella et du retour réussi de Pierre-Yves Polomat, dont l’ASSE risque d’avoir encore besoin ces prochaines semaines. Les retours de Loïc Perrin et de Gabriel Silva, tous deux forfait à Bordeaux, sont quant à eux espérer. En attendant, les Verts sont passés à côté d’une bon coup chez des Girondins qui n’ont pas montré grand-chose pour mettre fin à leur série de six matches sans victoires en L1. Merci qui ?

Laurent HESS