ASSE : les enjeux du déplacement au PSG

Les Verts abordent leur premier gros test de la saison ce vendredi à Paris, chez des Parisiens déjà bien installés en tête du classement mais qui seront privés de Kylian Mbappé, suspendu. Un match qui servira forcément de révélateur pour eux.

Il n’y a plus que deux équipes invaincues en L1 : le PSG et l’ASSE, qui s’affronteront vendredi soir au Parc des princes. Mais si les Parisiens caracolent déjà en tête du championnat avec 4 victoires en 4 matches, les Verts ne sont que 9es, eux qui restent sur trois matches nuls, dont deux 0-0. Pour l’instant, le début de saison stéphanois est moyen. La seule victoire, face à Guingamp (2-1), avait été « tirée par les cheveux », avait reconnu Jean-Louis Gasset, et l’ASSE n’a pris que 3 points en 3 matches depuis. Sur le papier, l’équipe a fière allure, après une campagne de recrutement ambitieuse, mais elle tarde à trouver la bonne carburation, avec une animation offensive jusqu’ici défaillante. « Notre bilan n’est pas suffisant avec une victoire et trois résultats nuls. Nous restons la seule équipe invaincue avec Paris. Défensivement, nous sommes costauds. Maintenant, il faut régler l’attaque », avait expliqué Loïs Diony après le match nul concédé devant Amiens (0-0).

En avril, les Verts avaient fait mieux que se défendre

De son côté, le PSG a débuté sa saison pied au plancher, dans le sillage du duo Neymar-Mbappé (4 buts chacun). Même si le second sera suspendu vendredi, le Parc des princes n’est évidemment pas le meilleur endroit pour aller récupérer les points perdus face à Amiens. Depuis sa victoire (2-1) dans le sillage de Pierre-Emerick Aubameyang en 2012, lors de ses 7 derniers déplacements dans la capitale, l’ASSE s’est inclinée 6 fois. La seule fois où elle n’est pas rentrée bredouille, c’était en septembre 2016, avec une égalisation de Robert Beric dans le temps additionnel (1-1). Mais 1-1, c’était aussi le score de la dernière confrontation entre les deux équipes, en avril dernier, à Geoffroy-Guichard. Le scénario de la rencontre avait laissé beaucoup de regrets aux Verts puisque Rémy Cabella avait vu son penalty détourné par Alphonse Aréola, avant que Mathieu Debuchy ne trompe Stéphane Ruffier sur la dernière action. Les Parisiens s’étaient présentés avec une équipe bis, mais les Verts les avaient sérieusement bougés ce soir là. On attendra d’eux, vendredi, qu’ils ne fassent pas plus de complexes et qu’ils jouent crânement leur chance. Après la trêve internationale, et avant un déplacement à Liverpool en Ligue des champions, il y a peut-être un gros coup à faire face à ce PSG sans Mbappé.

Laurent HESS