ASSE – L’oeil de Denis Balbir : « Il ne faudrait pas que tout s’effondre avec le départ de Gasset »

ASSE – L'oeil de Denis Balbir : « Il ne faudrait pas que tout s'effondre avec le départ de Gasset »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1 et des Verts. Focus sur la qualification européenne de l’ASSE et l’avenir de Jean-Louis Gasset.

« En battant l’OGC Nice (3-0), l’AS Saint-Etienne a fait ce qu’elle avait à faire en se qualifiant pour la Ligue Europa. Si le Gym a un peu fait trembler les Verts au début en se procurant des occasions, les hommes de Jean-Louis Gasset ont fait le boulot avec la manière, poussés par un stade de Geoffroy-Guichard en fusion. Le ticket européen est validé avec cette quatrième place et c’est totalement mérité.

A Saint-Etienne, l’ambition est venue au fur et à mesure de la saison. Il y a eu des moments difficiles, d’autres moins. Le staff technique a fait un travail remarquable. Cette année, on a assisté à l’incorporation du prometteur William Saliba, au retour en grâce de Robert Beric dans son Chaudron, à l’apport providentiel d’un Rémy Cabella venu se substituer à un Wahbi Khazri moins en verve sur la fin de saison… Tout s’est finalement bien goupillé et cela a donné une bonne saison. Une saison ponctuée par quelques problèmes en interne mais surtout avec une équipe qui a tenu la route malgré les blessures. C’est une première bonne chose de faite !

« Aux dirigeants de garder leur sang-froid avec Jean-Louis Gasset »

Maintenant il va s’agir de régler l’avenir de Gasset. Il est évident que lorsqu’on a la chance d’avoir un entraîneur de cette qualité et qui a une cote de popularité auprès des supporters et du vestiaire, il faut tout faire pour le garder. Car c’est bien beau d’être allé chercher Jean-Louis Gasset et Ghislain Printant mais si c’est pour les laisser partir sans faire d’efforts… A moins, bien entendue, que l’homme à la casquette décide d’arrêter. En tous cas, et c’est le plus important, il ne faudrait pas que tout s’effondre…

Forcément, j’entends aussi dire que Jean-Louis Gasset et son staff ont tiré la quintéscence du groupe stéphanois et que, sans moyens financiers supérieurs, il lui serait impossible d’avoir des résultats équivalents ; qu’en restant dans le Forez le coach s’exposait au même type de désamour qui a touché Rudi Garcia à l’OM… Pour moi, la comparaison n’est pas pertinente. D’abord parce que l’amour que le public de Geoffroy-Guichard lui porte ne se retournera jamais. Le peuple vert n’a pas la mémoire courte et n’est pas versatile. En plus, contrairement à Marseille, l’ASSE dispose d’un vrai réservoir de jeunes talents. Bien sûr, on n’en est pas à faire croire aux gens que l’ossature de l’ASSE l’an prochain doit être l’équipe qui a gagné la Coupe Gambardella mais il y a des jeunes de valeur à intégrer. Si Jean-Louis Gasset reste, les cadres resteront derrière lui et il ne manquera alors pas grand-chose.

« Ce n’est pas parce que Jean-Louis Gasset resigne que l’ASSE va jouer le podium »

Pour jouer sur quatre tableaux, l’ASSE aura besoin de se renforcer. Il est évident que les Verts ne vont pas acheter pour 150 M€ de joueurs ou faire des paris comme Paredes à 50 M€ mais je pense que Jean-Louis Gasset a bien conscience de tout ça et ce n’est pas ce qui le fera trancher. Et puis, même avec des moyens modestes, il y a des bons coups à faire sur le marché. Le cellule de recrutement travaille de mieux en mieux et a déjà amorcé le mouvement (Harold Moukoudi, Alpha Sissoko et Franck Honorat).

Maintenant ce n’est pas parce que Jean-Louis Gasset reste que les Verts vont commencer à rouler des mécaniques et à promettre le podium. Je pense que si, l’an prochain, l’ASSE fait aussi bien en Ligue 1, passe quelques tours en plus en Coupes Nationales et dispute avec sérieux la Ligue Europa, ce sera déjà pas mal. A Saint-Etienne, il y a deux problèmes : cette impatience qui fait qu’on veut toujours aller trop vite et surtout cette faculté à transformer une période faste en une zone de turbulence comme c’est le cas actuellement autour de la situation de Jean-Louis Gasset. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ