FC Nantes : Franck Kita a blacklisté un ailier apprécié par Vahid Halilhodzic

FC Nantes : le malaise avec Vahid Halilhodzic a atteint une nouvelle étape

S’il appréciait Queensy Menig (23 ans), Vahid Halilhodzic n’a jamais vraiment eu l’occasion de faire confiance au petit Néerlandais.

Recruté par le FC Nantes à l’été 2017 puis prêté deux fois dans la foulée (Oldham, PEC Zwolle), Queensy Menig (23 ans) est désormais le dernier lofteur du FC Nantes après les départs de Kolbeinn Sigthorsson et d’Alexander Kacaniklic. 20 Minutes Nantes consacre un focus au jeune Néerlandais.

Le conflit Kita – Lemsagam derrière sa mise à l’écart ?

Apprécié de Vahid Halilhodzic, qui l’a parfois appelé à s’entraîner avec le groupe professionnel en fin d’année 2018, le jeune Néerlandais a complètement disparu de la circulation depuis le changement d’année… Victime d’une décision politique du club.

En effet, Menig a été ramené chez les Canaris par l’entremise de l’ex-agent devenu dirigeant d’Oldham Abdallah Lemsagam. Lequel est un ennemi direct de … Franck Kita, le directeur général du FCN ayant tout fait pour éloigner cet intermédiaire de son père Waldemar. Ce serait lui qui a mis des bâtons dans les roues à Menig quand ce dernier commençait à séduire « coach Vahid » par ses qualités de percussion en fin d’année dernière.

Menig, un problème pour le coach de la réserve

Entraîneur de la réserve interrogé par 20 Minutes, Pierre Aristouy regrette la situation dont est victime le petit Néerlandais : « Il travaille, il a la bonne attitude, confie le technicien de la réserve. C’est d’autant plus dur pour lui qu’il sait qu’il ne sera jamais dans le groupe (…) La situation est très compliquée pour lui et pour moi. J’ai deux objectifs fixés pour la réserve : soit utiliser des garçons susceptibles d’aller chez les pros, soit utiliser des éléments en devenir et sur lesquels le club se projette. Queensy ne rentre dans aucune des deux catégories. Ce n’est pas lié à sa valeur s’il ne joue pas. Je vois la frustration du gamin. Pour résumer, Menig est là, mais je ne sais pas pourquoi il est là… »

Arnaud Carond