ASSE : les enjeux du match contre Nîmes

ASSE : les enjeux du match contre Nîmes

Les Verts ont 9 matches pour atteindre leur objectif européen. Cela passe par une victoire dimanche contre Nîmes.

Gagner à Caen (5-0) a fait un bien fou à l’ASSE. Il, y a eu la manière avec 5 buts inscrits, très peu d’occasions concédées, un super Romain Hamouma et les jeunes qui ont montré à la fois de l’envie et du talent. Les Verts restaient sur deux défaites à Marseille (0-2) et contre Lille (0-1). Depuis le derby contre Lyon (1-2), ils avançaient à un petit rythme, ce qui avait permis à l’OM mais aussi à Reims de passer devant, et aux autres poursuivants de revenir à grands pas.

Il y avait pourtant beaucoup d’absents à Caen et non des moindres : Loïc Perrin, Mathieu Debuchy, Wahbi Khazri. Mais l’ASSE a pris le match par le bon bout et elle s’est facilitée la tâche en marquant d’entrée, bien aidée par Brice Samba et des Normands complètement dépassés. Le bémol est là : le Stade Malherbe coule à pic, mais les Verts ont su en profiter et à chacun ses problèmes…

Perrin et Debuchy de retour, en attendant Khazri

Il reste 9 matches maintenant. 9 matches pour aller chercher l’Europe. C’est l’objectif. C’est ce qui a incité la direction à donner des moyens sans précédents à Jean-Louis Gasset, quitte à emprunter. Le coach à la casquette aurait aimé que le duo de présidents fasse encore un petit effort au Mercato mais il lui a été répondu que les finances n’étaient pas extensibles.

Charge au Montpelliérain de faire avec ce qu’il a, donc. Contre Nîmes, dimanche après-midi, Perrin et Debuchy vont revenir. Gasset aura donc des choix à faire en défense où le jeune William Saliba a fait mieux que dépanner lors des deux derniers matches. Devant, il faudra encore faire sans Khazri qui purgera son dernier match de suspension face à des Crocos dont les Verts ne gardent pas de bons souvenirs, avec surtout une élimination en Coupe de la Ligue aux Costières, à l’automne, aux tirs au but.

Depuis, les promus ont fait leur chemin. Ils sont dans le ventre mou de la L1, parmi les rares équipes qui n’ont plus rien à craindre ni à espérer, à deux mois du terme de la saison. L’ASSE, elle, se satisferait de sa 5e place actuelle, comme le dit Timothée Kolodziejczak dans ce numéro de But « Sainté », et ce même si Marseille n’est qu’à 1 point. Le tout, pour les Verts, est de finir européen. Pour cela, il reste beaucoup de points à prendre et de candidats à écarter. Parmi ceux-ci, Reims et Rennes, dans de bonnes spirales, semblent les plus menaçants. Mais les Verts ont leur destin entre les mains. A eux de confirmer leur victoire à Caen, de faire une série et de finir fort leur saison. L’Europe est à ce prix.

Laurent HESS