AS Monaco – PSG (0-4) : la MCN renaît et fracasse le Rocher, l’analyse

PSG - Ligue des Champions : Neymar effectue bel et bien le voyage à Belgrade

Grâce à un triplé d’Edinson Cavani et un penalty de Neymar, le Paris Saint-Germain a humilié l’AS Monaco ce dimanche soir au stade Louis II (0-4).

Paris reçu 13/13

Certes, le Paris Saint-Germain n’a fait qu’enfoncer une bête monégasque blessée (et qui a encore perdu deux joueurs sur blessure) mais le 13 sur 13 réalisé par la bande à Thomas Tuchel en Ligue 1 est unique dans les annales du football français et européen. Un record qui se prolongera donc d’une semaine supplémentaire.

Système, jeunes et turn-over… Tuchel a tout bon !

Le 3-4-3 mis en place par l’Allemand fonctionne de mieux en mieux et quel que soit les forces en présence. Ce dimanche soir, il y avait six changements dans l’équipe par rapport au match de Naples. Dans l’entrejeu, Tuchel a testé avec succès l’association Rabiot – Draxler, se permettant également de donner du temps de jeu aux jeunes Diaby et Nkunku. Stanley Nsoki a permis de faire souffler Draxler en cours de jeu. Très utilisé depuis le début de saison, Angel Di Maria n’a joué qu’une dizaine de minutes… Que ce soit tactiquement ou dans le turn-over, c’était parfait.

Cavani, un triplé pour réponse

Remplaçant à Naples, on craignait qu’Edinson Cavani ne perde sa motivation, lui qui n’était pas en confiance avec le PSG avant de se blesser. Sa réponse ? Un triplé retentissant (5e, 13e et 53e). Une première pour un joueur de Paris face à Monaco depuis l’immense Carlos Bianchi en 1979. Si le Matador a bénéficié de deux cadeaux d’un énorme Moussa Diaby, on notera également qu’une de ses réalisations l’a été sur une passe décisive (involontaire?) de Neymar.

Mbappé n’a pas marqué mais…

Meilleur buteur de Ligue 1 (11 buts), Kylian Mbappé n’est cette fois-ci pas parvenu à reprendre ses distances sur le nantais Emiliano Sala, buteur quelques heures plus tôt à Rennes. L’international tricolore a beaucoup tenté mais buté sur un très bon Diego Benaglio. Il a provoqué le penalty transformé par Neymar (64e) et s’est vu refuser un but par la VAR. Prestation très complète malgré tout.

Arnaud Carond