Bafétimbi Gomis (Galatasaray)
Bafétimbi Gomis (Galatasaray)Credit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
VÉRITÉS

ASSE - EXCLU Bafétimbi Gomis : « J'avais envie de renvoyer l'ascenseur »

Après trois ans et demi en Arabie Saoudite, à Al Hilal, Bafétimbi Gomis revient sur les discussions pour un retour à l'ASSE l'hiver dernier et se confie sur la relégation des Verts en L2...

Zapping But! Football Club Top 10 : les joueurs les plus fidèles en Ligue 1

But Saint-Etienne : Bafé, comment avez-vous vécu la relégation de l'ASSE ?

Cette descente me fait mal. J'ai été formé ici, j'ai passé dix ans à Saint-Etienne, j'y ai encore beaucoup d'attaches. Je suis supporter et voir l'ASSE quitter l'élite, c'est dur. Ce club ne mérite pas ça.
 
Vous avez regardé les derniers matches ?

Bien sûr. J'ai vu les deux matches de barrage contre Auxerre. J'étais à Dakar. Sincèrement, je pensais que ça allait le faire, que la différence technique, le talent, ferait la différence. Mais sur l'ensemble des deux matches, Auxerre mérite son accession. J'ai vu plus de maitrise côté auxerrois. Pourtant, on avait ouvert le score à l'aller. On avait pris un ascendant psychologique. On n'aurait pas dû laisser l'AJA revenir. Je n'ai pas vu de maitrise, de fluidité. Ça m'a déçu. Personnellement, ce dénouement me fait mal surtout que j'aurais pu revenir cet hiver. Je ne dis pas que j'aurais sauvé l'ASSE, mais je pense que j'aurais pu apporter à cette équipe.
 
Vous étiez vraiment proche de revenir ?

J'avais eu le président Romeyer. J'avais eu Loïc (Perrin) aussi. Et c'est vrai que le discours de Roland m'avait fait fortement réfléchir. Ce n'était pas une question d'argent. J'avais envie de renvoyer l'ascenseur à ce club qui m'a tant apporté au début de ma carrière. Roland m'avait dit que j'étais le seul joueur encore en activité parmi ceux qui avaient fait remonter le club il y a 18 ans. Il avait su trouver les bons mots. J'avais reçu plusieurs propositions mais ce défi de sauver le club avait vraiment du sens à mes yeux. Malheureusement, ça n'a pas pu se faire. On m'a fait comprendre que je n'étais pas le bienvenu.
 
Vous parlez des supporters...

Du contexte. Quand les rumeurs sont sorties sur mon retour, j'ai compris que certains ne voulaient plus de moi ici. On a dit de moi que j'étais un traitre alors que je n'ai trahi personne quand j'ai été transféré à Lyon. Le club avait besoin d'argent et mon transfert en avait rapporté beaucoup. J'ai des enfants, j'ai ma famille. Je n'avais pas envie d'aller au devant de problèmes. Je suis venu à l'Etrat pour faire part de ma décision à Roland et Loïc, pour leur dire que j'étais désolé de ne pas pouvoir relever ce défi.
 
Ce contexte vous a fait peur ?

Peur non. Mais il m'a refroidi. J'ai compris qu'il était plus sage de prendre un autre chemin. Et je suis revenu à Galatasaray, un club magnifique. Je suis très heureux ici, à Istanbul. J'ai marqué 9 buts depuis mon retour en Turquie et encore une fois je me dis que si j'étais revenu à « Sainté », peut-être qu'un seul aurait suffi, peut-être que j'aurais pu apporter dans le vestiaire. Je vais avoir 37 ans. J'aurais pu être le grand frère là où tout a commencé pour moi.
 
Qu'avez-vous pensé des débordements à Geoffroy-Guichard lors du barrage retour ?

Ce qu'il s'est passé, ça n'a pas sa place dans un stade de foot. La colère des supporters, je la comprends. Sur le fond, il n'y a pas de problème. Mais sur la forme, non. Pas ça. Pas cette violence. On se tire une balle dans le pied, et ce n'est pas la première fois. Il y a eu des huis clos alors que l'on connait l'importance du 12e homme ici. Maintenant on parle de points de pénalité... Sans parler de l'image renvoyée... Pourtant, les supporters ont soutenu l'équipe jusqu'au bout. Je ne veux pas leur jeter la pierre, surtout pas. Je ne suis pas un donneur de leçons et Saint-Etienne ne serait pas Saint-Etienne sans ses supporters. Mais quand je vois que la maison de Roland a été taguée, qu'il y a eu des menaces de mort... On ne peut pas être d'accord avec ça.
 
Le peuple vert dans son immense majorité souhaite un changement de direction...

J'espère moi aussi que le club va être vendu. Cette vente, on en parle depuis deux ou trois ans. Ce serait bien qu'elle se concrétise. Mais voir Roland se faire insulter, je trouve ça injuste. Il a fait des erreurs mais qu'on ne me fasse pas croire à moi qu'il n'aime pas le club. Vous savez, j'ai rencontré pas mal de gens en 20 ans de carrière. Je parle à des investisseurs. Je leur dis tout le bien que je pense de ce club. Mais je vois bien que certains ont peur des supporters alors que ce n'est pas ça Saint-Etienne ! « Sainté », c'est l'entraide, la solidarité, la ferveur. L'ambiance du Chaudron, c'est quelque chose que l'on peut voir dans peu de stades. Même quand je l'ai vécue avec un autre maillot, j'ai pu m'en rendre compte.
 
L'ASSE jouait avec le feu depuis quelques saisons...

Il y a eu beaucoup d'erreurs. Quand je vois qu'un joueur comme Bamba est parti libre, que Nordin va rejoindre Montpellier libre, que Saint-Maximin brille en Angleterre après avoir été vendu trop tôt... Fofana et Saliba sont partis très tôt eux aussi, mais au moins ils ont été vendus au prix fort. Des bons jeunes, il y en a toujours eu à Saint-Etienne. Seulement, il faut les encadrer. Ce n'était pas trop le cas cette année.
 
Laurent Batlles arrive...

Oui. Je lui souhaite bonne chance. A Loïc aussi. Ce sera une nouvelle ère. C'est triste de voir l'ASSE en L2 mais peut-être que ce sera un mal pour un bien. Les compteurs sont remis à zéro. J'espère que le club repartira de bonnes bases, avec le soutien de ses supporters. Il faudra être main dans la main pour remonter en L1. L'ASSE le mérite. Ce club doit jouer en L1, et les premiers rôles. Il rebondira. J'avais débuté ma carrière ici en L2. J'y ai de très bons souvenirs, avec notamment ce but de Damien Bridonneau qui avait mis le Chaudron en ébullition, contre Châteauroux. Des joueurs vont arriver. J'espère qu'ils auront envie de faire reverdir ce maillot. Et des talents vont émerger. Le club va repartir.
 
Vous pourriez avoir envie d'y revenir à nouveau ?

L'avenir le dira. J'étais prêt à le faire pour cette pige de six mois... Ce que j'aimerais que tout le monde comprenne, c'est que j'ai toujours respecté cette institution. Je suis toujours resté proche du club, de la région. Les Stéphanois sont tellement gentils... J'ai porté le maillot de l'OL, mais Jérémy Clément et François Clerc aussi et ils ont fait de belles choses pour l'ASSE après. Zlatan Ibrahimovic a joué à la Juve et à l'Inter mais cela ne l'a pas empêché de revenir au Milan AC. Clarence Seedorf a joué à l'Inter et au Milan AC aussi. Et il y en a tellement d'autres. Mais bon, je n'ai pas de rancoeur. Et encore une fois, je suis très bien à Galatasaray.

 

Pour résumer

Après trois ans et demi en Arabie Saoudite, à Al Hilal, Bafétimbi Gomis revient sur les discussions pour un retour à l'ASSE l'hiver dernier et se confie sur la relégation des Verts en L2. Avant d'évoquer le processus de vente du club.

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS
Podcast Men's Up Life
 

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.