FC Barcelone : Messi et d'autres cadres partent en bataille contre Bartomeu
Gerard Piqué et Lionel MessiCredit Photo - Icon Sport
par La rédaction
POLÉMIQUE

FC Barcelone : Messi et d'autres cadres partent en bataille contre Bartomeu

Les leaders du FC Barcelone ont envoyé une lettre à Josep Maria Bartomeu pour réclamer leur droit à négocier de manière individuelle une éventuelle baisse de salaires.

Chaque semaine, la tension s'intensifie entre le groupe professionnel du FC Barcelone et la direction du club catalan. Dernièrement, Josep Maria Bartomeu a émis sa volonté de baisser les salaires des joueurs du Barça. Si quatre joueurs - Clément Lenglet, Frenkie de Jong, Gerard Piqué, Marc-André ter Stegen - ont accepté de prolonger en revoyant leurs émoluments à la baisse, d'autres veulent garder leurs émoluments malgré la crise économique liée à la Covid-19. 

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU FC BARCELONE

Messi, Griezmann, Dembélé ont refusé la demande de Bartomeu

D'après Mundo Deportivo, six autres titulaires - Lionel Messi, Sergi Roberto, Sergio Busquets, Jordi Alba, Philippe Coutinho, Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé - ont été approchés par la direction du Barça mais ont finalement refusé la proposition. Cette situation a poussé le groupe de capitaines (Messi, Roberto, Busquets, Piqué) à réagir. 

Dans une lettre adressée à la direction, les joueurs ont fait valoir leurs droits : "Nous ne tolèrerons pas que le Barça viole nos droits au regard des arguments avancés dans la lettre de la direction, qui considère que la seule manière d'atteindre son objectif est à travers d'actions conjointes de tous les collectifs et départements du club, quand, dans le même temps, elle reconnaît, en totale contradiction, que certains secteurs ont déjà réalisé les économies souhaitées."

Avant de poursuivre : "Nous ressentons mal-être et déception que ces manœuvres du club, sans aucun motif légal, causent des soucis dans notre groupe, puisqu'on entend nous imposer unilatéralement des décisions, en ignorant quelconque opinion divergente à ce sujet. Cela nous paraît honteux que le club ne nous accorde qu'un représentant à la table des négociations où 13 membres seront réunis, pour que, en réalité, notre capacité de dissuasion soit nulle."

Puis de conclure la lettre : "Tout l'effectif est uni. Le groupe est uni et est conscient de la situation provoquée par la pandémie. Nous avons déjà fait un effort pour aider, mais nous ne tolèrerons pas que cela serve de prétexte pour abuser de nos droits." En plus de la motion de censure, Josep Maria Bartomeu devra gérer la fronde de son vestiaire. Affaire à suivre.