par Benjamin Danet
ENTRETIEN

ASSE - Patrick Koclaym : "Roland Romeyer se moque des anciens Verts de 1976"

Fondateur de la Légende des Verts, qui regroupe quatorze anciens joueurs des années 70, Patrick Koclaym est plus que jamais dans le viseur de l'ASSE qui lui reproche certaines de ses activités. Entretien et explications de l'intéressé.

Zapping But! Football Club TOP 10 des meilleurs buteurs de Ligue 2 BKT

On a la sensation, au travers des entretiens qu'ils accordent dans les médias, que les anciens Verts de 1976 sont tous très préoccupés par la situation actuelle du club. Vous qui les côtoyez fréquemment, partagez-vous le sentiment ?

P.K. C'est le moins que l'on puisse dire. Moi qui vois souvent Dominique Bathenay, Alain Merchadier ou encore Patrick Revelli, je peux vous garantir qu'ils sont même très tristes de voir leur club dans les bas fonds de la Ligue 2. A leurs yeux, c'est incompréhensible, inadmissible. On se rend surtout compte que tous ces anciens joueurs, qui pourtant n'ont pas connu que l'ASSE, considèrent encore et toujours Sainté comme leur club. Pour Bathenay et Rocheteau, par exemple, la référence ce sont les Verts, pas le PSG.

Comment se fait-il également que la majorité d'entre-eux en veuille à Roland Romeyer ? Est-ce dû au projet de Christian Lopez et Alain Merchadier qui n'a jamais vu le jour ?

P.K. Pas spécialement, non. Il ne faut pas oublier le début de l'histoire quand même, à savoir que Romeyer faisait souvent référence aux anciens Verts lorsqu'il est arrivé au club et beaucoup, beaucoup moins après. Il ne faut pas oublier, non plus, que depuis l'arrivée de Romeyer, certains anciens comme Oswaldo Piazza et Patrick Revelli n'ont plus remis les pieds à l'ASSE. Je. vais vous dire clairement ce que je pense : Roland Romeyer se moque des anciens Verts de 76, voilà mon sentiment. Ce qui est pour le moins étrange quand on sait que tous ont beaucoup plus apporté au club que lui.

Quels rapports avez-vous avec le club en tant que fondateur de la Légende des Verts ?

P.K. Aucun, si ce n'est les courriers recommandés que m'envoie l'ASSE...

"Quand les anciens Verts sont au stade, à l'exception de Jean-Michel Larqué et Hervé Revelli, ils demandent des places ou se débrouillent eux-mêmes pour en avoir ! Le club ne les invite pas ! "

 

C'est à dire ?

P.K. Le club ne veut pas entendre parler de nous. Et considère qu'on leur fait de l'ombre, qu'on profite de leur notoriété. Ce qui est un comble. Romeyer, pour vous raconter la petite histoire, je l'ai découvert il y a des années lorsque ce Monsieur m'a demandé des places gratuites pour un concert de Johnny Hallyday. ce qui fut fait, sans qu'il me rende jamais la pareille et qu'il me fasse même payer des places pour la finale de la Coupe de la Ligue au Stade de France. Lorsque j'ai crée la Légende des Verts, en 2014, il était convaincu que c'était un coup de Pierre Repellini et Patrick Revelli. Il voyait ça d'un très mauvais oeil. Alors que je proposais au club de faire un partenariat pour monter des événements à but caritatif avec les anciens Verts.

La légende des Verts, c'est au tout début un disque hommage, c'est bien ça ?

P.K. Oui, que l'on peut toujours retrouver aujourd'hui, au travers du partenariat noué avec But! Sainté d'ailleurs. 

Après Monty, en 1976, votre disque correspondait aux années 2000 ?

P.K. A une différence près, tout de même, c'est qu'en ce qui concerne la chanson, et d'autres produits dérivés, une partie des bénéfices est reversée à l'Association des anciens verts puis au profit de l'association de Christian Sarramagna, une ballade pour Justine et Lou, qui lutte contre l'arthrite juvénile. On a également organisé certaines manifestations au profit de la chirurgie infantile du professeur Varlet à Saint-Etienne. Monty, lui, n'a jamais offert le moindre café aux anciens Verts de l'époque. C'est limite.

Pour quelle raison le club vous envoie-t-il des courriers recommandés ?

P.K. Pour que l'on mette fin à nos activités ! J'ai déjà eu deux mises en demeure qui, au demeurant, ne servent strictement à rien puisque la Légende des Verts est une marqué déposée et qu'elle m'appartient. L'ASSE peut continuer à m'envoyer des courriers, je continuerai. Et Roland Romeyer peut même intervenir auprès de certains sponsors pour ne pas travailler avec nous, rien ne m'arrêtera.

Les anciens Verts ne discutent-ils pas de ça lorsqu'ils sont invités à Geoffroy-Guichard pour assister à des matches ?

P.K. Pardon ? Quand les anciens Verts sont au stade, à l'exception de Jean-Michel Larqué et Hervé Revelli, ils demandent des places ou se débrouillent eux-mêmes pour en avoir ! Le club ne les invite pas ! 

Jean-Michel Larqué fait-il partie des anciens verts de votre association ?

P.K. Non, pas plus que Hervé Revelli. Quatorze joueurs de la très, très belle époque sont avec nous, mais pas les deux. Je ne sais pas pourquoi. Larqué ne veut pas avoir de contact avec moi. C'est comme ça.

Quels sont les projets à venir de la Légende des Verts ?

P.K. Le plus gros, c'est un long-métrage sur l'histoire fabuleuse de cette génération de joueurs qui a marqué la France entière. Cela couvrirait les années 1970-1976. Autre souhait, qui est déjà lancé, c'est la remise de l'ordre national du mérite à l'équipe de 1976. C'est avancé et c'est dans les tuyaux de l'Elysée. Il faut encore attendre.

Pour résumer

Fondateur de la Légende des Verts, qui regroupe quatorze anciens joueurs des années 70, Patrick Koclaym est plus que jamais dans le viseur de l'ASSE qui lui reproche certaines de ses activités. Entretien et explications de l'intéressé.

Benjamin Danet
Rédacteur
Benjamin Danet
Podcast Men's Up Life
 

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.