ASSE : comment Moulin a mis un point final à la polémique Ruffier
par butfootballclub

ASSE : comment Moulin a mis un point final à la polémique Ruffier

Auteur d’une finale de haut vol, Jessy Moulin a été mal payé devant le PSG (0-1). Malgré le résultat final, le gardien de l’ASSE semble déjà faire oublier Stéphane Ruffier. Focus.

Une prestation sportive de très haut vol

Avec la polémique Stéphane Ruffier, Jessy Moulin se retrouve forcément au centre du jeu. La meilleure réponse que le gardien de l’ASSE peut apporter à ceux qui critiquent son statut de titulaire se situe sur le terrain. C’est entendu. Sur ce point, le divin chauve a été remarquable pendant toute la finale. Rassurant sur sa ligne, auteur d’une parade époustouflante devant Angel Di Maria, n’oublions pas non plus qu’il avait gagné son duel avec Kylian Mbappé sur le 0-1. Crédité de la note de 8/10 dans L’Équipe, Moulin a aussi constamment tenté d’accélérer le jeu stéphanois. Cela valait bien un hommage appuyé de Claude Puel : « Jessy n'est pas aimé simplement parce que c'est un ambianceur, mais pour sa compétence et sa qualité. Je suis très heureux qu'il montre ses qualités dans une finale à un très très haut niveau. Ça ne m'a pas surpris par rapport à ce que je vois. Un grand bravo à lui. »

Moulin sait parler aux médias

Les avis convergent sur ce point : Ruffier est sans doute un gardien intrinsèquement meilleur que Moulin. À son firmament, faut-il rappeler que le Basque de 33 ans avait assez de qualités pour s’ouvrir les portes de l’équipe de France ? Autant ses compétences pures de dernier rempart - hormis cette saison - ne doivent pas être remises en cause, autant l’intéressé a toujours traîné une personnalité de taiseux. Cette relative froideur ne lui a jamais permis d’être le joueur le plus apprécié des supporters stéphanois. C’est là où Moulin pourrait aussi le faire oublier. Catalogué comme ambianceur - qualité aux antipodes de Ruffier - l’homme de 34 ans a une personnalité beaucoup plus extravertie et sait donc aussi (mieux) parler aux médias. Il l’a fait de manière remarquable au coup de sifflet final, quand il a su trouver des mots d’une parfaite justesse pour évoquer la carrière exemplaire du malheureux Loïc Perrin.

Un brassard de capitaine plus que symbolique ?

En chipotant, on pourrait trouver une seule petite fausse note dans la soirée de Moulin : s’être avancé pour évoquer la retraite à venir de Perrin. Loin de vouloir damer le pion à son ami et capitaine, le gardien des Verts a clairement laissé entendre qu’il s’agissait hier du dernier match de sa carrière. Puel a dû corriger le tir en rappelant devant la presse que le principal intéressé n’avait encore rien annoncé de manière officielle. Le peuple vert doit donc patienter... en attendant aussi qu’un nouveau capitaine soit nommé. À ce titre, le coach de l’ASSE n’a pas hésité longtemps en lui confiant le brassard en cours de match. Avec ce geste, le Castrais pourrait avoir clos définitivement le chapitre Ruffier. Et lancé définitivement la nouvelle carrière de Moulin.