LOSC – PSG (5-1) : les 5 choses à retenir du coup de tonnerre lillois sur Paris

LOSC-PSG/L'oeil de Denis Balbir : "A Lille, de l'envie à Paris, l'image d'un club pas sérieux"

Ce dimanche soir, le LOSC a pulvérisé le Paris Saint-Germain dans son stade Pierre-Mauroy (5-1). Analyse d’un choc au sommet pas comme les autres au scénario improbable.

Paris voit son sacre retardé, Lille un vrai second

Ce dimanche soir, le PSG avait l’occasion, s’il gagnait ou prenait un point au Stade Pierre-Mauroy, de soulever son 8e titre de Champion de France. En les battant et en revenant à 17 points, Lille a retardé de quelques jours l’échéance. Les Dogues sont également parvenus à faire mieux que Lyon en infligeant sa pire défaite au futur champion sur ses terres et en démontrant que cette seconde place, qui semble aujourd’hui acquise (+8) n’a rien d’usurpé. On notera quand même que dans es circonstances, ce 5-1 ressemblait beaucoup au 5-0 du PSG face à l’OL au Parc avec une équipe qui a lâché avec des circonstances très défavorables lors du premier acte.

 

La « BIP-BIP » a assommé le PSG

Formé au PSG, Jonathan Ikoné a été grand. Centreur sur le but contre son camp de Thomas Meunier (7e), le milieu offensif international Espoirs a également délivré un amour de passe pour le 19e but personnel cette saison de Nicolas Pépé (51e). Un Pépé auteur d’un match exceptionnel également, à l’origine de l’exclusion de Bernat et double passeur sur les 4e et 5e buts signés des centraux Gabriel et José Fonte. Pour compléter ce trio « BIP-BIP » très inspiré, Jonathan Bamba y est aussi allé de sa réalisation personnelle. Si beaucoup de Lillois ont été très bons ce soir, il convient aussi de citer la prestation une nouvelle fois impeccable d’un autre « Titi » des Dogues : Mike Maignan, décisif à 1-1 devant Julian Draxler.

La défense décimée à Paris, cascade d’absents pour la finale de Coupe

Le diagnostic n’étant pas encore connu, il convient encore de mettre le conditionnel mais le PSG a peut-être perdu deux de ses défenseurs pour la finale de Coupe de France face à Rennes le 27 avril prochain. Thiago Silva (genou) et Thomas Meunier (cuisse) sont sortis sur blessure. Quant à Juan Bernat, exclu à la 36e minute pour une faute sur Nicolas Pépé, il va devoir prier pour ne prendre plus de deux matches de suspension (Nantes, Monaco), faute de quoi il ne sera pas au Stade de France. Un Stade de France que Marco Verratti, qui a écopé d’un carton jaune en fin de partie, ne verra pas pour cause de suspension. La grosse colère de Nasser Al-Khelaïfi, descendu à la mi-temps dire ses quatre vérités à l’arbitre, traduisait la crispation qui gagne les rangs parisiens.

Pas de numéro 28 pour Kylian Mbappé

Sur le banc face à Strasbourg, le meilleur buteur de Ligue 1 avait l’occasion de se rapprocher un peu de Lionel Messi (33 buts) au Soulier d’Or. Mais si la Pulga a été ménagé samedi à Huesca (0-0), le natif de Bondy a quant à lui été très malheureux à Lille… Marquant deux buts refusés pour hors-jeu. On l’a aussi vu grimacer et se tenir le genou en deuxième période. Une passe décisive à mettre à son actif malgré tout.

De la casse aussi côté lillois

Si les Dogues ont réalisé une superbe prestation et une opération comptable quasiment parfaite, Christophe Galtier notera quand même deux gros points noirs dans cette belle soirée. Le coach nordiste a en effet perdu son capitaine Adama Soumaoro avant la mi-temps et celle de Xeka à 20 minutes du terme. Même si le suppléant de Soumaoro a profité de la déliquescence parisienne pour inscrire son premier but…

Arnaud Carond