OM – ASSE : Une toute autre vérité dans le dossier Cabella

Dimanche soir, à 21 heures, l’ASSE se déplacera à Marseille sans son milieu de terrain, Rémy Cabella. Le joueur, prêté aux Verts par l’OM, ne pourra en effet affronter son ancien club, comme une clause dans le contrat de prêt le stipule.

C’est depuis ce matin un dossier pas simple à gérer pour l’AS Saint-Etienne. Un de plus, alors que les résultats actuels ne sont pas bons et qu’une pluie de critiques s’abat sans cesse sur les joueurs, l’entraîneur Julien Sablé et même les dirigeants. Notamment Roland Romeyer qui, si l’on en croit le quotidien La Provence de ce matin, serait à l’origine d’une boulette concernant Rémy Cabella, prêté à l’ASSE par l’OM et qui ne pourra pénétrer sur la pelouse du Vélodrome, dimanche soir, en raison d’une clause de son contrat qui stipule clairement qu’il ne peut jouer face au club auquel il appartient.

But! Sainté en format numérique. Au numéro ou par abonnement, à vous de choisir.

Pour l’édition du Mardi, c’est ICI.

Pour l’édition du jeudi, c’est ICI.

Une boulette ? Pas vraiment en réalité. Car lorsque le 31 août dernier, dans les toutes dernières heures du mercato, les présidents Eyraud et Romeyer évoquent par téléphone l’accord de prêt de Rémy Cabella, il n’est jamais question de cette clause. Les deux hommes n’en parlent pas une seule seconde. Quant au joueur, il ne sait même pas qu’elle existe ! Les responsables de l’ASSE la découvrent en réalité en tout début de soirée, le 31 août, alors qu’il ne reste que quatre heures avant la fin du mercato d’été. Ils sont également, souvenez-vous, penchés sur le dossier du Guingampais Yannis Salibur, qui ne viendra finalement pas. Roland Romeyer, plutôt que de prendre le moindre risque, et notamment celui de voir Rémy Cabella signer dans un autre club, appose donc sa signature sur le contrat de prêt. Et tente, à quelques jours du match face à l’OM, de convaincre Jacques-Henri Eyraud de modifier sa position. En vain. Autre certitude, l’ASSE n’a pas découvert la clause en début de semaine, contrairement à ce qu’affirme La Provence dans son édition du jour.

B.D.