Girondins – Mercato : le père de Tchouaméni drague l’Inter en comparant son fils à Paul Pogba

Girondins : très mauvaise nouvelle pour Aurélien Tchouaméni

Dans le viseur de l’Inter Milan, Aurélien Tchouaméni est comparé par son père à Paul Pogba, le milieu de l’équipe de France.

L’été dernier, Aurélien Tchouaméni (18 ans) avait été approché par la Juventus Turin et le Milan AC, mais il avait décidé de rester à Bordeaux. « J’ai été sollicité par beaucoup de grands clubs qui ne comprenaient pas pourquoi je ne jouais pas plus, expliquait-il. Avec mon père, on s’est posés autour d’une table, on a bien réfléchi et on a choisi la meilleure solution. Quand de grands clubs s’intéressent à toi, c’est flatteur. Mais j’ai quasiment fait toutes mes classes à Bordeaux. Je voulais prouver que je pouvais jouer ici, en équipe première. Si j’étais parti, il y aurait eu un sentiment d’inachevé ».

Depuis, le milieu de terrain international U19, freiné cet automne par des douleurs à la hanche, n’est apparu qu’à six reprises cette saison. Mais à 18 ans, sa côte reste intacte, et c’est l’Inter Milan qui se montrerait le plus insistant aujourd’hui.

D’après le Corriere Dello Sport, le club lombard serait prêt à verser 5 M€ pour faire venir le milieu de terrain l’été prochain. Tchouaméni n’a plus qu’un an et demi de contrat à Bordeaux. L’actuel troisième de Serie A souhaiterait faire avec lui le même type d’investissement qu’avec Yann Karamoh, acheté à Caen à l’été 2017 avec d’être prêté cette saison au FCGB.

La perspective de rejoindre le Calcio plairait visiblement au père du joueur, qui a comparé sur le site Internews son fils à Paul Pogba. «Aurélien est un milieu de terrain mentalement fort, avec une bonne capacité d’interprétation du jeu et une bonne technique. Il a un profil similaire à celui de Paul Pogba. Je pense qu’il est à la fois technique et physique. De nombreux clubs s’intéressent à lui, mais il est toujours un joueur de Bordeaux. L’Inter ? C’est un grand club italien, avec une grande histoire, tous les joueurs seraient intéressés par l’idée d’y jouer un jour. »

Laurent HESS