ASSE : Jordan Veretout pas surpris par la dégringolade des Verts

ASSE, FC Nantes, PSG : Jordan Veretout affole déjà le mercato, la preuve

Parti à la Fiorentina lors du mercato estival, Jordan Veretout garde un œil attentif sur les (piètres) prestations de son ancien club, l’ASSE.

On ne refera pas l’histoire, mais l’ASSE ne serait sans doute pas en aussi mauvaise posture si ses dirigeants étaient parvenus à conserver Jordan Veretout lors du mercato estival. Au lieu de quoi, le milieu relayeur a rejoint la Fiorentina, où il brille depuis le début de la saison.

« L’ASSE reste un grand club et elle va revenir »

Interrogé par L’Équipe ce mardi, le joueur de 24 ans évoque la situation des Verts, qui le peine mais ne le surprend pas au regard des difficultés de la fin de saison dernière.

« Je n’ai aucun regret de ne pas être resté à Saint-Étienne. J’ai passé une super saison là-bas, avec des mecs géniaux. Je regarde leurs matches le plus souvent possible. J’espère qu’ils vont remonter la pente, ça me fait de la peine de les voir à cette place et dans cette ambiance. Leur dégringolade ne me surprend pas, notre fin de saison avait déjà été difficile. Après, quand tout va mal, tout va mal. Mais l’ASSE reste un grand club et elle va revenir. Je suis de tout cœur avec les Verts. »

« J’étais plus dans l’optique de repartir à l’étranger »

Veretout en profite pour revenir une nouvelle fois sur les raisons de son départ rocambolesque, lui qui semblait tout prêt de s’engager définitivement avec l’ASSE.

« Si je serais resté avec Christophe Galtier ? Pas forcément. C’est un grand coach, je l’admire et il m’a fait progresser. J’ai eu Oscar Garcia au téléphone. Son discours m’avait plu et c’est pour ça que j’avais réfléchi jusqu’à la dernière minute. Mais j’étais plus dans l’optique de repartir à l’étranger et j’ai eu la Fiorentina. La Serie A est le championnat qui convient le mieux à mon jeu, avec la Liga. »

Veretout a inscrit cinq buts en dix-neuf rencontres disputées cette saison avec la Viola (toutes compétitions confondues).

Sylvain Opair