Briançon, capitaine d'un navire vert qui nage toujours en eaux troublesCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
ANALYSE

ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Des têtes qui ne comprennent toujours rien »

Didier Bigard évoque la mauvaise passe de l'ASSE, encore battue lundi à Sochaux (1-2). Il revient notamment sur le « tambour gate », lors du match face à Grenoble (2-2)...

Zapping But! Football Club AS Saint-Etienne : Batlles, un bon choix pour les verts ?

« Qu’est-ce qu’a dit Sergio Ramos à M. Gaillouste à la 41e minute »  s’interrogeait notre confrère de l’Equipe au lendemain d’un Reims - PSG au cours duquel, selon Alain Roche sur Canal, l’arbitre aurait manqué de psychologie? Christophe Galtier a parlé, lui, d’absence de discernement. On vous accorde qu’avec l’ASSE, nous sommes loin de ces problèmes de l’élite, mais qu’on ne s’y trompe pas, ce genre de débats parcourt toutes les divisions. M. Gaillouste avait d’ailleurs déjà été très discuté cette saison pour avoir expulsé trois Messins à Guingamp. Et doit-on revenir sur les trois rouges adressés aux Stéphanois devant Le Havre. Il y avait, là aussi eu sujet à discussion. Les erreurs réelles ou supposées poussent parfois trop facilement à crier haro sur le corps arbitral. Une curée aux allures de populisme à laquelle Laurent Batlles et ses hommes évitent de s’associer pour prendre un peu de recul. Pas toujours évident.

Quand Galtier réclame implicitement plus de discernement, il pourrait adresser la même requête à ses joueurs, ces stars aux nerfs fragiles qui réveillent un semblant d’arrogance. Faute de le faire en public, il a eu le mérite de la lucidité en sortant Verratti à la mi-temps après une charge sans mesure de l’Italien contre le corps arbitral.

A l’instar du milieu parisien, les joueurs se plaignent régulièrement d’un manque de dialogue. Mais vociférer est-il discuter? S’ils n’ont pas entendu parler de la consigne donnée cette saison de sortir des jaunes quand il y a attroupement revendicatif autour de l’arbitre, c’est sans doute qu’ils ont raté quelques infos pendant leurs vacances… mais en ont quand même quelques réminiscences quand ils jouent en coupe d’Europe. Enfin, si Alain Roche a raison de rappeler que le genre de réaction un peu vive de Ramos,  a toujours existé sur un terrain (NDLR. de football, pas de rugby ou autre discipline), il sait forcément aussi que les mentalités évoluent au 21ème siècle.

Le sport n’y fait pas exception, sur les terrains comme en dehors où il est encore plus difficile de changer les habitudes. On pourrait dire « de briser les carcans » tant on frise l’épreuve de force entre ce qu’on appelle les autorités accusées d’en faire trop ou au contraire pas assez, et des mouvements ultras, qui comme les joueurs voudraient du dialogue quand tous récitent leur monologue.

 

La place de Laurent Batlles n’était pas au bas du kop

 

La complexité du hiatus s’est trop parfaitement reflétée dans le kop Nord face à Grenoble. Comme dans tout conflit, difficile de dire qui a tort, même si les Magic Fans ont eu l’honnêteté d’admettre leur erreur, l’oubli de deux tambours lors de l’entrée de leur matériel en amont du match. Les forces de l’ordre ont-elles redouté que quelques autres objets non autorisés soient cachés dans ces tambours quand les MF ont voulu les amener en tribune ? Ou n’était-ce qu’une posture trop rigide car de principe? Qu’importe pour nous, mais pas pour Geoffroy-Guichard, pas pour l’équipe, pas pour le football. 

Ce qui est sûr, c’est que Laurent Batlles avait certainement autre chose à faire que de venir discuter de ce sujet avec les supporters avant le coup d’envoi. Comme rappeler à ses joueurs d’être concentrés dès les premières minutes, à ses centraux de défendre debout au lieu de tacler dans le vide, à ses hommes de couloir de couvrir leur milieu et de ne pas partir à l’abordage, de suivre les appels en profondeur. A tous qu’on ne peut pas s’obliger à marquer trois buts pour espérer s’imposer, la leçon étant manifestement toujours incomprise par des têtes qui ne comprennent toujours rien, on l’a encore vu à Sochaux. Sa place est ailleurs. Il est entraîneur, pas manager, pas directeur général ou adjoint, pas président. Mais c’est vrai, qu’avec celui-ci, actionnaire abandonné par son frère, pas évident qu’il y aurait eu dialogue en bas du kop. Même si le monde change au 21ème siècle… »

 Didier Bigard 

Pour résumer

Didier Bigard évoque la mauvaise passe de l'ASSE, encore battue lundi à Sochaux (1-2). Il revient notamment sur le « tambour gate », lors du match face à Grenoble (2-2), déplorant que Laurent Batlles ait dû aller au pied du kop nord...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.