ASSE, FC Nantes, RC Lens, PSG, OL, OM : la peur de l’écran noir grandit sur la L1, catastrophe en vue ?
Le feuilleton des droits TV n'est pas terminéCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
MENACE GRANDISSANTE

ASSE, FC Nantes, RC Lens, PSG, OL, OM : la peur de l’écran noir grandit sur la L1, catastrophe en vue ?

Le feuilleton des droits télé a connu un nouveau rebondissement spectaculaire hier dans la petite guerre qui oppose la LFP, Canal+ et beIN SPORTS.

Zapping But! Football Club Top 10 : les footballeurs les plus suivis sur les réseaux sociaux

La peur de l’écran noir se fait de plus en plus pressante pour le début de la L1 programmée le 7 août prochain. Les dernières infirmations ne sont guère réjouissantes. Hier, Canal+ a ainsi obtenu de la justice la non-obligation de paiement à BeIN SPORTS de la sous-licence pour le lot 3 (deux grosses affiches par journée) de Ligue 1, sauf si BeIN les attaque en justice.

De Son côté, la chaîne qatarie pourrait donc attaquer Canal+, mais aussi la Ligue, qui elle-même va attaquer BeIN SPORTS en justice pour le règlement des 332 millions annuels et l'assurance de la diffusion des affiches. Bientôt traînée en justice, la LFP n’a pas l’intention de prendre des coups sans les rendre. Arnaud Rouger, le directeur général de la Ligue, l’a écrit, hier après-midi, aux membres du conseil d’administration de l’instance.

« Ni la LFP ni ses conseils n’ont pu avoir accès au contenu de la décision, explique-t-il dans L’Équipe. Il semble que la présidente du tribunal de commerce a donné des instructions claires pour que celle-ci soit réservée aux seules parties jusqu’à sa publication demain (aujourd’hui). C’est regrettable car elle a, à l’évidence, été communiquée par les parties à la presse. Nous comprenons que la décision dit que Canal+ peut suspendre son contrat tant que beIN n’a pas pris l’action de poursuivre la LFP comme Canal+ le demandait au titre de son contrat de sous-licence. Ceci risque de prendre du temps et n’est pas sous le contrôle de la LFP. Dans ces conditions, nous n’avons donc pas d’autre alternative que d’assigner beIN, seul partenaire contractuel de la LFP, dès le début de la semaine prochaine en référé, tout en s’attendant à être assigné au fond par beIN dans les prochaines semaines. Cette voie est la seule possible pour ne pas rater la production et la diffusion des matches du lot 3 (les deux affiches) pour les premières journées. »

Les débuts de la L1 menacés ?

Le feuilleton des droits télé a connu un nouveau rebondissement spectaculaire hier dans la petite guerre qui oppose la LFP, Canal+ et beIN SPORTS.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert