LOSC – MHSC (1-1) : comment Lille veut alléger sa sanction après les débordements

Responsable de ses supporters après le débordements occasionnés contre le MHSC (1-1), le LOSC a mis en place une stratégie bien huilée pour éviter une trop grosse sanction.

Le LOSC sait qu’il devrait être sanctionné, la commission de discipline de la LFP se réunissant ce jeudi soir pour se pencher sur les débordements de ses supporters face au MHSC samedi au stade Pierre-Mauroy (1-1). À ce stade, il semble impossible de prédire la sanction qui sera infligée au LOSC. Comme toute affaire de ce type, ce dossier est soumis au barème disciplinaire prévu en annexe 2 du règlement de la FFF. L’éventail est très large. L’Équipe rappelle ce lundi qu’il peut aller du simple rappel à l’ordre jusqu’à la radiation, en passant par : amende, perte d’un ou plusieurs matches par pénalité, retrait de points, huis clos total ou partiel, fermeture de l’espace visiteur à l’extérieur, suspension de terrain, mise hors compétition, rétrogradation, réparation du préjudice matériel…

La communication du LOSC a été bien gérée

Plusieurs éléments vont entrer en compte. D’abord, le casier du club (antécédents, sursis en cours). Ce qui va ensuite peser lourd est l’attitude des dirigeants nordistes, qui ont bien réagi dimanche en condamnant les débordements et affichant une volonté ferme de sanctionner les fauteurs de troubles. « S’ils prennent des mesures pour éviter que cela se reproduise, cela plaidera en faveur du LOSC et allégera la sanction », assure le quotidien sportif. L’instruction devrait durer plusieurs semaines. Concernant les fauteurs de troubles, les principales sanctions sont surtout à attendre du côté du pénal. Si des plaintes sont déposées et les fautifs identifiés, la justice pourrait prononcer des interdictions de stade, voire des peines. L’envahissement de terrain, par exemple, peut être puni selon le Code du sport de un an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende.

JP