Real Madrid, FC Barcelone : la presse madrilène jubile après le Clasico, la catalane crie au scandale
Joie des joueurs du Real Madrid après le 2e but face au FC BarceloneCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
REVUE DE PRESSE ESPAGNOLE

Real Madrid, FC Barcelone : la presse madrilène jubile après le Clasico, la catalane crie au scandale

La victoire du Real Madrid au Camp Nou a divisé les médias espagnols. Les pro-Merengue se satisfont du réveil des champions d'Espagne alors que les pro-FC Barcelone hurlent au complot.

Marca : aucune référence à la polémique de la VAR

Le quotidien pro-Real a titré "Subidon", dont la traduction est multiple. Cela signifie autant "montée" qu'"ivresse" ou "euphorie". On comprend toutefois le message : au bord de la crise de nerfs, le champion d'Espagne s'est acheté de la tranquillité aux dépens de son pire ennemi. On notera cependant que Marca ne fait pas une allusion au caractère polémique du pénalty de Sergio Ramos.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU REAL MADRID

AS : le Real revient toujours

AS équilibre la balance entre le coup de force du Real Madrid et la frustration du FC Barcelone née de ce pénalty qui a tout changé. Pour rappel, sur un coup de pied arrêté, l'arbitre a laissé jouer avant d'être appelé par la VAR, qui a vu un léger tirage de maillot de Clément Lenglet sur Sergio Ramos. Le défenseur central espagnol avait lui-même commis une légère faute au début de l'action. Cet appel de la VAR a rendu fou l'entraîneur catalan, Ronald Koeman, qui s'est offusqué de son utilisation à sens unique en conférence de presse.

Mundo Deportivo : Koeman explose

Le quotidien pro-Blaugrana justifie les propos de l'entraîneur du FCB en montrant les quatre fois où le Barça a été lésé par la VAR depuis le début de la saison. Ce n'est certainement qu'un début. Cela fait déjà plusieurs mois que les supporters barcelonais estiment que les arbitres font tout pour favoriser le Real Madrid. C'est ainsi que les hommes de Zidane auraient été sacrés champions en 2020, selon eux. La polémique, née hier, n'est pas près de s'arrêter…