José Mourinho (AS Rome)
José Mourinho (AS Rome)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
COUP DE MAIN

OM - Mercato : Mourinho a évité une énorme désillusion avec Milik

S’il se sent bien du côté de l’OM depuis qu’il a signé en janvier dernier, Arkadiuz Milik (27 ans) aurait très bien pu quitter le club phocéen au mercato estival pour revenir en Italie.

Zapping But! Football Club OM : le palmarès complet des Marseillais

On ne le dira jamais assez mais Arkadiuz Milik est l’une des meilleures recrues de l’OM ces dernières années. Alors que le dossier du « grantakan » semblait ne jamais se résoudre, l’ancien buteur du Napoli a mis tout le monde d’accord en se montrant décisif presqu’à chacune de ses sorties sous le maillot phocéen depuis cet hiver.

De retour depuis peu de temps après une longue blessure au genou, Milik est annoncé titulaire pour affronter la Lazio Rome en Ligue Europa (18h45). Ce sera l’occasion de retrouver un certain Maurizio Sarri... qu’il a croisé sur le banc des Partenopei.
En deux ans, l’entraîneur italien n’a jamais pu vraiment profiter d’un attaquant dont il se disait, en privé, admiratif de sa force mentale et de sa capacité à rebondir après les graves blessures.

En Italie, l’attaquant polonais possède d’ailleurs encore une cote élevée, parce qu’il a marqué 17 buts en Serie A en 2018-2019. Et L’Équipe assure que Sarri l’apprécie tellement que les deux hommes auraient pu se retrouver. D’abord à la Juventus, qui l’a courtisé au printemps 2020, avant de changer d’entraîneur à la fin de la saison. Puis à l’AS Rome, dont il semblait encore proche en avril, quand Sarri était annoncé comme le futur entraîneur giallorosso avant que ses dirigeants ne virent sur José Mourinho. Sans lui, peut-être Milik aurait-il signé à la Louve...

Pour résumer

S’il se sent bien du côté de l’OL depuis qu’il a signé en janvier dernier, Arkadiuz Milik (27 ans) aurait très bien pu quitter le club phocéen au mercato estival pour revenir en Italie. Mais José Mourinho en a décidé autrement.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert