PSG - Dijon (4-0) : une réaction à venir de Leonardo face à la provocation de Tuchel ?
LeonardoCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
REPONSE DU BERGER…

PSG - Dijon (4-0) : une réaction à venir de Leonardo face à la provocation de Tuchel ?

Selon Pierre Ménès, le directeur sportif du PSG, Leonardo, pourrait répondre en interne à la provocation de son entraîneur, Thomas Tuchel, d'aligner Danilo en défense centrale pour répondre à l'absence de recrutement à ce poste.

Si le doute était de mise hier soir, si le PSG a tenté de faire croire que Leonardo a validé le choix de son entraîneur, il est avéré ce dimanche que Thomas Tuchel a bien provoqué son directeur sportif avec sa composition pour affronter Dijon. En mettant Marquinhos en n°6 et le milieu Danilo en défense centrale, l'Allemand a fait comprendre à son supérieur qu'il aurait dû recruter un arrière comme il le lui avait demandé. Pour Pierre Ménès, cela pourrait ne pas rester impuni…

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

"Il faut voir comment le directeur sportif va réagir en interne"

“Que pouvait-on attendre de ce PSG-Dijon ?, s'est-il interrogé sur son blog. Rien. On savait que Paris allait gagner largement. On savait que vu la période et le nombre d’absents, les joueurs n’allaient pas prendre de risques ni mettre une « intensité incroyable » comme le dit Tuchel. En jouant au petit trot, le PSG a gagné 4-0 avec un bon Neymar, un doublé de Kean et un autre de Mbappé.”

“Mais le fait de match, c’est surtout que Tuchel veut, comme il l’a déclaré après le match, installer Marquinhos au poste de sentinelle. Moi je veux bien, mais qui va le remplacer en charnière centrale aux côtés de Kimpembé ? Kehrer ? Diallo ? Danilo Pereira ? En Ligue 1, cela suffira largement. Pas en Ligue des champions. Je ne sais pas si, pour Tuchel, c’est uniquement un choix tactique ou une façon d’emmerder Leonardo. Je pense qu’il y a un peu des deux. Il faut voir comment le directeur sportif va réagir en interne. En attendant, le club va jouer très gros mercredi à Istanbul, face à l’adversaire le plus faible de sa poule.”