RC Lens : Gervais Martel balance la pique qui fait mal au LOSC
Gervais MartelCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
AMBIANCES

RC Lens : Gervais Martel balance la pique qui fait mal au LOSC

Ancien président du RC Lens, Gervais Martel comprend pourquoi le LOSC n'a pas voulu prêter son stade lors de la saison 2014/15 : il avait peur que la différence de ferveur entre supporters des Dogues et Sang et Or ne se fasse trop ressentir.

Ce dimanche, contre toute attente, l'affiche de la 7e journée de Ligue 1 va opposer le LOSC, dauphine du Stade Rennais mais comptant le même nombre de points, au RC Lens, 3e, une longueur derrière. Le grand derby du Nord, toujours chaud, peut cette année se vanter d'avoir un réel enjeu sportif, ce que personne n'avait vu arriver vu que les Sang et Or sont promus. Pour l'occasion, France Football a demandé à d'anciens protagonistes de partager leurs souvenirs.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU RC LENS

"Il avait peur qu’on voit la différence d’ambiance"

Gervais Martel, qui a été président du Racing de 1988 à 2012 puis de 2013 à 2017, est revenu sur le triste épisode de l'été 2014, quand le LOSC avait refusé de prêter son stade Pierre-Mauroy aux Sang et Or pendant les travaux de rénovation de Bollaert. Les Artésiens avaient donc dû jouer leurs rencontres à domicile à La Licorne d'Amiens, moins trois affiches au Stade de France (dont le derby). Ayant fait contre mauvaise fortune bon cœur, Martel a trouvé le moyen de tourner cette polémique à son avantage :

"Il y a quelques années, alors que Lens végétait en L2, un sondage de l’UCPF avait placé le Racing dans le top 5 des clubs préférés des amateurs de foot. Une autre enquête a montré que seulement 13% du public de Bollaert habitait Lens, le reste venant de toute la région voire au-delà. C’est la force de ce club. Et avec le recul, je comprends pourquoi Michel (Seydoux) n’a pas voulu qu’on joue dans leur stade quand Bollaert était en travaux. Même si je l’avais mauvaise car on leur avait prêté le nôtre pour la Ligue des champions aupravant. Il avait peur qu’on voit la différence d’ambiance entre nos matches et ceux de Lille."